Ça Canarde à Orléans !…

Et c’est bien sûr au Canard Enchaîné que je pense en écrivant ce titre !…
Dans son édition en date du 15 Octobre, le célèbre palmipède consacre un large entrefilet à l’affaire Serge Grouard / Fansolo, dont les échos jusqu’alors n’avaient guère dépassé les limites du département… et sans doute suis-je encore généreux !
Et voici que d’emblée c’est la consécration nationale !
En page 6 et sur 3 colonnes dans le plus célèbre et le plus affûté de nos hebdomadaires satiriques. En marge même des attendus, des décisions de Justice et des conséquences financières occasionnées par cette Affaire, nous voici au cœur même de la situation que l’on pouvait redouter, comme il me semble l’avoir évoqué ici : La Boîte de Pandore s’est ouverte, toutes sortes de maléfices commencent à en sortir de façon absolument incontrôlable… Nul ne peut encore prévoir jusqu’où cela peut aller : les phénomènes de contagion dans ce domaine sont souvent surprenants, et c’est alors que les « corbeaux » (les vrais !), les « chacals » et les « hyènes » alléchés par l’odeur du sang peuvent effectivement sortir de leur tanières…
Aux dépens de qui ?… Pas de Fansolo, assurément, qui s’est retrouvé KO debout au 1°round, littéralement assommé tant socialement que financièrement, mais pour lequel une Chaîne de Solidarité s’est mise en place. En revanche il semble que sur un plan politique et en termes d’image, Monsieur Grouard ait tout à perdre dans une Histoire qui commence à avoir une portée nationale : aujourd’hui c’est le « Canard »… Demain, qui sait ? Sans doute « Marianne », « Le Point » ou l’« Express » et pourquoi pas « VSD » ou « Paris Match » ? Sont-ils tapis dans l’ombre ? Et quant à « Libération » en raison même d’une autre affaire en cours, il ne me semble pas que ce soit de ce côté-là que le Maire puisse attendre un soutien !… Jusqu’à la Tribune d’Orléans, qui dans son numéro de ce jour, consacre une demie page à cette Affaire dans laquelle le parcours de Fansolo est évoqué d’une façon plutôt élogieuse et sympathique sous le bandeau : « Le Fou du Roi compte toujours faire triompher l’Humour ».

Pour Monsieur Grouard, il me semble que l’heure n’est plus de savoir qui a eu tort ou raison dans l’histoire du blog « Les Amis de Serge Grouard » mais bien d’arrêter ce qui menace de se transformer en hémorragie au niveau de sa popularité et même de son avenir politique. Rien que pour ce qui est du Canard Enchaîné, celui-ci compte à son tableau de chasse bon nombre d’ex, ou de réputés futurs ministres, qui n’ont pas eu d’autre choix à l’issue de leur passage dans sa moulinette que de retourner dans leur Administration d’origine pour finir d’y passer leur carrière, confortablement certes, mais avec beaucoup d’amertume quand même… Dans un passé récent nous aurons une pensée émue pour Hervé Guimard et son duplex de 600 m2, de Jean-Paul Bolufer, chef de Cabinet de Christine Boutin et heureux locataire d’un HLM de luxe, et même de Patrick Balkany, l’émir de Levallois Perret !… Bien sûr que nous n’en sommes pas là encore dans l’affaire de Serge Grouard, mais peut-être serait-il temps de colmater la fuite quand même !

Il est désormais inutile et déplacé (je ne l’ai d’ailleurs jamais fait), de contester, d’approuver et même d’ergoter sur les termes de la décision de Justice : celle-ci n’a pas eu raison, pas plus qu’elle n’a eu tort : elle a dit et c’est tout !… Elle a tout de même dit, comme nous le rappelle « Le Canard », que Serge Grouard s’était retrouvé débouté sur le fondement de la loi de 1881 protégeant la Liberté de la Presse… C’est que ceci est loin d’être anodin même si tous les autres articles du jugement se traduisent par un tir de rafale dans la tirelire de Fansolo… Il reste qu’au nom de la Liberté de la Presse, Monsieur Grouard a bien été débouté d’une partie de sa demande… C’est que c’est important, la Liberté de la Presse… Combien de combats il aura fallu pour qu’elle devienne ce rempart sur lequel la République est adossée !… Alors que Monsieur le Débouté-Maire (au moins sur ce point là) ne me tienne pas rigueur de ces quelques commentaires… Ce ne sont pas ceux d’un opposant aveugle et partisan, tant il est vrai que j’ai tendance à considérer la valeur des hommes au-delà des étiquettes politiques qu’ils arborent… Il m’est arrivé d’apprécier Serge Grouard de la même façon que j’ai passé d’excellents moments avec Jean-Pierre Sueur… Autour de Jean-Pierre Sueur, j’ai rencontré des tas d’Hommes et de Femmes dont quelques-uns sont devenus de réels amis… Autour de Serge Grouard il m’est arrivé de rencontrer quelques personnes qui m’on un peu regardé comme un oiseau bizarre, mais avec lesquels je n’ai finalement tissé aucun lien… Alors excusez-moi Monsieur le Maire, mais l’Hiver arrive et je vais là où j’ai chaud !… Pour le reste je ne suis pas masochiste !

Et c’est à ce moment-là, et à ce propos que s’engage sur les blogs une discussion sur le thème : « Fait-il bon vivre chez les Orléanais et à Orléans ? »… Il faut bien dire que le Canard Enchaîné termine son article de la façon suivante : « À quand le bannissement de la bonne Cité d’Orléans, comme dans l’Antiquité ? »… Phrase assassine s’il en fût !

Eh bien d’emblée je vous le dis : il fait bon vivre à Orléans !
Bien sûr la réputation qui est faite à la Ville est entachée d’histoires plus ou moins noires et qui vont du vinaigre à la rumeur…
Le vinaigre a fini par faire partie du patrimoine gastronomique d’Orléans (on fait avec ce que l’on a)… la rumeur s’est tue puisque « l’Inexplosible » et venu à point pour prouver qu’il était impossible d’enlever quiconque par voie fluviale à partir des Bords de Loire : en effet dès lors que « l’Inex (pas) plausible »… n’est pas foutu de franchir une arche des ponts qui l’entourent sans risquer de se disloquer on ne voit pas comment des réseaux de traites des blanches des années 60/70 se seraient enquiquinés à enlever des jeunes filles pour les emmener à Nantes par le fleuve… Il n’y avait en effet que des vrais Orléanais pour croire à des conneries pareilles !…
Depuis Orléans souffre d’une image tristounette faite d’une ville où l’on s’ennuierait et où une petite bourgeoisie, richissime quand même mais en peu essoufflée néanmoins, continuerait à exercer une domination vacillante mais efficace malgré tout en occupant quelques postes clés !

Tout d’abord, laissez-moi vous dire qu’en vertu d’une loi sur les équilibres naturels, dès lors qu’il y a une tendance dans un sens, il suffit de chercher un peu pour trouver la même tendance dans le sens opposé : c’est la règle du balancier ! J’entends par là que s’il y a une partie d’Orléans qui se veut traditionnellement ennuyeuse et même rétrograde, il suffit de regarder autour pour trouver beaucoup de gens qui aiment s’amuser et savent le faire… Il suffit de choisir son ambiance !

Au reste, l’Histoire d’Orléans indique bien que ce ne sont pas ses propres habitants qui ont écrit les plus grands épisodes de son épopée… _ À commencer par Jeanne d’Arc, qui était Lorraine, jusqu’à Serge Grouard qui est Parisien, et Jean Pierre Sueur qui est du Nord… ce sont rarement les Orléanais pur jus qui se seront illustrés dans leurs murs ! Parmi les célébrités natives d’Orléans sans doute trouverez-vous Charles Péguy et Jean Zay ; il est vrai que ces deux-là furent considérables… Pour le reste, beaucoup, de Pasteur à Gauguin et quelques autres jusqu’à Marion Cotillard, vécurent à Orléans, y laissèrent leur empreinte bien qu’il n’en ait pas été originaires…
Les vrais Orléanais ?… l’un de mes bons amis, issu du sérail et qui s’en est échappé il y a bien longtemps, me racontait qu’ils avaient constitué une sorte de réserve à la façon des Indiens d’Amazonie, quelque part entre le Boulevard Alexandre Martin et la rue de la Bretonnerie, et que la plupart d’entre eux continuaient de s’occuper à des fonctions que l’on appelait « Charges » sous l’Ancien Régime, et qui se résument à des fonctions ayant rapport à la Justice ou à tout ce qui est susceptible de mettre une robe pour aller travailler !… Malédiction sans doute de la Maison d’Orléans dont le plus éminent d’entre eux trouva la Gloire en votant sous la Révolution la mort de son cousin Le Roi !… Le pli était donné jusqu’à nos jours où la Famille d’Orléans s’est quasiment auto dissoute dans les péripéties matrimoniales et bassement pécuniaires qui présidèrent à la disparition du Comte de Paris…
Il est bien évident que tous ces gens là, même s’ils existent encore, même s’ils persistent à croître et à se reproduire, même s’ils constituent le dernier carré au sein duquel on continue à prélever chaque année un échantillon pouvant faire office de Jeanne d’Arc pour les fêtes du 8 Mai… Oui il faut bien admettre que ces gens là, même si certains d’entre eux peuvent apparaître sympathiques en faisant un effort pour s’ouvrir… ces gens là… ne représentent plus Orléans dans sa diversité. Pas plus de vrais Orléanais chez les blogueurs qu’il n’y en a dans le fauteuil du Maire… alors !… Qu’est-ce qu’on attend pour être Heureux ?

A propos chatdorleans

Orléanais
Cet article a été publié dans Justice, Presse. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Ça Canarde à Orléans !…

  1. chatdorleans dit :

    Test 1

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s