HUMEURS AUTOMNALES ET ORLEANAISES

 

Afin de se mettre en conformité avec les nouvelles règles de sécurité mises en place par les compagnies de transport aériennes et concernant l’admission des voyageurs la SETAO d’Orléans informe qu’à dater de ce jour et même de la veille :

L’accès des Trams et autobus est interdit au voyageurs porteurs de récipient supérieurs à 100 millilitres, ce qui exclut définitivement : le vin de table en briques, le bidon de kérosène mais qui autorise le vernis à ongles et les échantillons de crème fraîche.

Les voyageurs, faute de se soumettre à une fouille au corps impossible à organiser dans le cadre des horaires fixés par la convention collective devront se présenter à l’entrée des véhicules revêtus de robes ou de pantalons transparents et de sous vêtements translucides permettant d’apprécier qu’ils ne sont porteurs d’aucune arme ou artifice autres que ceux que la nature leur ont octroyé.

La compagnie compte sur le civisme et la bienséance des usagers pour faciliter le trafic pendant les heures d’affluence, notamment en demandant aux voyageurs de maintenir leurs mains au dessus de la tête pendant la durée du trajet : ainsi on ne cachera pas les fouilles au corps…(pour les amateurs de contrepèteries) .

  • La personne qui à laissé un chewing gum mâché et collé sur un fauteuil du cinéma Pathé dans l’après midi du 28 Octobre 2008 à l’issue de la projection du film « Mâche à l’Ombre !  »  et que j’ai retrouvé collé à mon pantalon, est priée de bien vouloir le récupérer à mon domicile aux heures ouvrables.
  • Le chewing gum en question lui sera remis, en même temps qu’un Carambar tout neuf contre règlement de la facture du pressing !
  • J’adresse mes plus vifs remerciements à cette jeune femme, ne mesurant pas plus d’un mètre 60, d’origine antillaise je crois, et qui me croisant il y a quelques jours Rue Bannier, sans même relever la tête me lança simplement ses quelques mots :  » La braguette, elle est pas fermée, Monsieur ! « . Pour ces quelques mots salvateurs, mademoiselle, que Dieu vous bénisse jusqu’à la 25° génération, et que le bonheur soit en vous jusqu’à l’orgasme du 19° dimanche après la Pentecôte…..Grâce à vous et sans doute en fonction des temps qui courent, ai je évité de me faire interpeller par la Police Municipale ou la BAC pour exhibitionnisme ou attentat à la pudeur….Grâce à vous, et en un geste furtif, j’ai pu retrouver mon honorabilité tout autant que ma superbe…ma superbe quoi….me direz vous ? Non il ne s’agit pas là d’un adjectif qui attendrait son  » attribut « ….je voulais seulement parler de ma dignité, de mon maintien et de ma respectabilité……mais dires moi à quoi pensiez vous ?……
  • Merci encore chère amie, et comme vous l’aurait dit Tonton Georges :

     

  • Elle est à vous cette chanson
  •  

Vous l’inconnue qui sans façon

D’un simple murmure de la voix

M’avez remis sur la bonne voie

Ce n’était rien qu’une ouverture

Qui avait l’aspect d’une blessure

Oui mais j’avais la tête en l’air

Et le reste dans les courants d’air !

Vous l’inconnue qui me croisa

Je vous salue vraiment très bas

Pas si bas que la dernière fois

Ca ne se fait pas !

Il paraît, m’a t’on affirmé, que c’est un des effets du vieillissement qui fait, qu’à partir d’un certain âge, on à tendance à oublier de refermer son pantalon après….dans un stade ultime, il paraît qu’on oublie même de l’ouvrir avant !……Vous voyez on a encore le temps !

Orléans : (et dans la même veine que l’écho précédent)

Nous déplorons la disparition définitive de la dernière pissotière publique de la ville et qui se situait (ça ne s’invente pas) rue du Pressoir Neuf dans le quartier Saint Marc.

Paradoxalement cet édicule jouxtait jadis les murs d’un bâtiment paroissial ou diocésain je crois, et je me souviens d’être intervenu il y a plusieurs années personnellement en ma qualité de Président du Club Pierre Dac auprès de Monsieur le Maire d’Orléans, afin que le nom de Pierre Dac soit attribué au bâtiment en question.

Je conserve précieusement la réponse qu’il me fit parvenir et dans laquelle il me faisait savoir que ma demande avait été prise en considération, mais qu’hélas il ne pourrait y donner un écho favorable, parce qu’elle risquait de créer un  » précédent !….. « , mais que néanmoins il me remerciait d’avoir attiré son attention sur l’édicule en question et que du même coup il allait en profiter pour la faire nettoyer et rénover !…Ce jour là ,j’ai vraiment eu le sentiment d’avoir participé au bien être de la communauté urbaine….et même de l’Agglo !

Hélas ! les années ont passé et désormais la pissotière n’existe plus !…

Il paraît que ces bâtiments ont de plus en plus tendance à être éradiqués parce que souvent mal fréquentés……cela ne résout pas le problème de base, a savoir : et alors comment on fait ? et plus précisément : où l’on fait ?

Il semble que les cafés, les bars et brasseries refusent de devenir les exutoires des pissotières disparues en se barricadant avec des systèmes de jetons ou de toilettes payantes ou réservées aux consommateurs.

Il reste les sanisettes payantes, au demeurant assez rares et inquiétantes par leur technicité, quand on constate qu’elles indiquent que pour 1 euro, leur utilisation est limitée à 13 minutes : cela suffit dans la majorité des cas mais sait on jamais ? Que se passe t’il après 13 minutes ? Rien n’est stipulé ! La porte est elle verrouillée pour une garde à vue de 24 heures éventuellement prolongée ? A l’inverse est t’on éjecté violemment à l’extérieur avec un coup de balayette automatique en prime ou bien disparaît on pour l’éternité dans le basculement du siège qui précède le nettoyage général à la vapeur de la cabine et de ses accessoires ?

Une seule constatation : personne n’en est revenu puisque personne n’a jamais pu témoigner à ce sujet !

Orléans….comme Paris et comme beaucoup d’autres villes a rejoint la liste de ces villes où l’on ne pisse plus…..et où cette fonction naturelle que les 3° et 4° Républiques avaient mis un point d’honneur à prendre en considération sont considérées aujourd’hui comme dérisoires, obsolètes et négligeables ! Et pourtant quoi de neuf sous le soleil autant que dans les replis de nos linges intimes et à plus forte raison de nos muqueuses sensibles ?

Alors je propose que cette question soit remise à l’ordre du jour pour que chaque promenade en ville ne soit pas synonyme de  » Miction Impossible  » et que l’on puisse à nouveau lire dans le regard de tous les passants le sentiment du devoir accompli dans la sérénité apaisée des ardeurs républicaines telles qu’elles sont inscrites pour l’Eternité au péristyle de la coupole construite sur la ligne imaginaire reliant la pyramide du Louvre à mon domicile avec correspondance à La Motte Piquet !

Alors et seulement la population rassurée et apaisée d’avoir pu satisfaire ses besoins naturels pourra lancer vers le ciel le cri que le Bœuf Appis lançait vers le soleil dans l’Antiquité Egyptienne :  » CA VA MIEUX « 

Vous voyez bien que parfois il suffit de pas grand chose !

 

 

Quant à cette fameuse Rue Pierre Dac qui me tenait tant à cœur, j’ai récemment appris qu’elle existait bien dans le Quartier de la Source….J’entends par là qu’elle existait sur les plans, mais que comme beaucoup d’autres elle ne bénéficie pas de la plaque qui va avec !…. Il s’agit en fait de la voie qui longe le Centre Commercial de la Source (aujourd’hui fermé) et le sépare de la station de lavage automatique de voitures qui se trouve de l’autre côté. Ceci revient à dire que personne n’y réside puisqu’elle ne comporte aucune habitation !….Cette situation permet donc bien de confirmer l’adage de Maître Dac quand il affirmait qu’il était préférable de s’engager dans une Voie adjacente plutôt que dans la Légion Etrangère !……J’ajouterai pour ma part qu’effectivement c’est judicieux puisque même si dans les deux hypothèses, ça ne sert pas à grand chose, autant choisir la solution qui dure le moins longtemps….Et réciproquement !

Pour toutes ces raisons, Monsieur le Maire a eu parfaitement raison de ne pas m’accorder une Rue Pierre Dac là où il en existait déjà une…il ne se serait pas agi alors d’un  » précédent  » comme il me l’avait dit, mais plutôt d’un  » double emploi  » comme il était parfaitement excusable de l’ignorer il y a plusieurs années au début de son premier mandat….Et puis c’était à la Source !…..Voilà peut être d’ailleurs la solution pour résoudre le problème du chômage : Faire du  » Double Emploi  » partout pour que tout le monde ait un Travail : Quand toutes les conneries se feront en double exemplaire, on n’aura même plus besoin de se bagarrer pour faire des photocopies !

 

 

A propos chatdorleans

Orléanais
Cet article a été publié dans Humeurs et Air du Temps. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour HUMEURS AUTOMNALES ET ORLEANAISES

  1. Circé dit :

    J’avais abordé le problème des pissotières après le Conseil Municipal de septembre dernier.
    Certes l’article est sans doute moins drôle mais le Clochemerle à Orléns existe néanmoins.

    J’aime

  2. openlasource dit :

    Et comme l’aurait dit le grand Pierre Dac au maire d’Orléans, s’il avait connu les affaires du moment : « Le rire désarme, ne l’oublions pas »
    et s’il avait su pour sa rue à La Source (qui n’en demandait pas tant) :
    « Il vaut mieux ne rien avoir que d’avoir des choses qui ne servent à rien »

    Openlasource

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s