ELLES SE SONT PARLEES !…..

 

Bombay peut bien être à feu et à sang, la Thaïlande être au bord de la Guerre Civile et les SDF continuer de mourir de froid dans nos rues, il n’empêche que l’ouverture du Journal Télévisé d’hier soir s’est faite sur un sujet :

 » Elles se sont parlées ! « 

 

Mais qui donc ?….Martine et Ségolène bien sûr !

Après les dérapages du Congrès de Reims et les péripéties électorales qui avaient suivi, on en déduit que chacune des belligérantes a dû rester sur ses positions pendant une semaine, chacune mettant ainsi en application ses appels au rassemblement et répondant à l’attente des militants quelque peu désorientés par tous ces épisodes !

Et puis les esprits s’étant quelque peu calmés. Le divorce ayant été prononcé aux torts respectifs : Martine conservant le domicile de la Rue de Solférino et Ségolène obtenant la garde des enfants Vincent Peillon et Manuel Valls, il convenait de régler les problèmes de pensions alimentaires, d’identités et de statuts sociaux !

On imagine que l’entretien n’a pas dû être d’une chaleur extrême, si l’on en juge par le fait qu’à la sortie Ségolène n’aura pas manqué de préciser sept fois de suite dans l’entretien qu’elle a eu avec la Presse  » qu’elle était disponible  » !….Nous n’en doutons pas !

Il risque d’être difficile au PS de se moderniser et de d’adapter dans ces conditions et dès lors que ces Dames risquent bien de ne s’entendre sur rien par principe.

En général le  » marquage à la culotte  » ne permet pas d’assister à de très beaux matchs, et il semble bien que ces deux Dames n’aient pas fini de se surveiller dans les virages !

Martine risque bien en effet de subir le poids de l’appareil du PS et de devoir rester dans un rôle de gestionnaire aux aguets, tandis que Ségolène continuera à voleter et à vibrionner autour des ampoules scintillantes au risque de se brûler les ailes !

Triste situation pour Ségolène, actuellement en rupture de ban sur tous les plans : personnels autant que politiques et avec pour seule occupation la nécessité de faire monter la mayonnaise pour exister !

 

Lourde mission pour Martine, désormais en orbite sur l’axe Paris Lille et qui lorsqu’elle sera sous les feux du microcosme Parisien risque de regretter  » Le Plat Pays qui est le sien  »

Consolons nous en assistant à la mise en place de la parité qui cette fois ci devient vraiment  » opérative « ….Les dames seront à l’honneur dans les semaines à venir : sans doute apprendrons nous que Simone Veil et Ségolène Royal seront reçues sous la  » Coupole « …..Pour Simone Veil, il s’agira bien sûr de l’Académie Française Quai Conti…..Pour Ségolène sans doute devra t’elle se contenter du Dancing du Boulevard de Montparnasse….Là où depuis bien des générations les Dames entre deux vies ont toujours pu espérer rebondir vers d’autres existences !

Sans doute le vaisseau PS vient il de regagner le port après avoir bravé la tempête….Pour l’instant en cale sèche, il semble avoir besoin de beaucoup de réparations avant de pouvoir reprendre la mer…..

Autour de lui néanmoins les ferrailleurs s’affairent pour récupérer des morceaux de choix : à bâbord Jean Luc Mélenchon se taille une large part, juste de quoi constituer son  » Parti de  » Gauche « , tandis qu’à tribord Jean Marie Bockel prélève juste ce qu’il faut pour se faire un sandwich qu’il appelle  » Nouvelle Gauche « …

Si l’on ajoute à cela François Bayrou prêt à tailler des croupières sur tout ce qui dépasse tant sur sa droite que sur sa gauche, on se dit qu’à ce jeu là la vedette du PS risque bien de se retrouver à l’état de vieux pédalo rouillé si on ne vient pas très vite la restaurer de fond en comble plutôt que de venir s’ invectiver autour de ce qu’il en reste!….

 » Elles se sont parlées ! « ….Certes mais tout reste à faire et déjà les rapaces volent autour du Parti Socialiste blessé….

Sans doute la Reine qui en Angleterre, qui en proie aux pires ennuis avec sa turbulente petite famille avait déclaré l’année 1992  » Annus Horribilis « , n’avait elle pas prévu que le même label aurait pu convenir 26 ans plus tard au PS !

 

 

 

A propos chatdorleans

Orléanais
Cet article a été publié dans politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour ELLES SE SONT PARLEES !…..

  1. jean du MoDem dit :

    2008-1992=16, tu prévois donc une prolongation d’une dizaine d’années pour le spectacle socialiste.

    J'aime

  2. BCT dit :

    Bocquel a créé « La gauche Moderne » et non « La nouvelle gauche ».
    Tout ceci est plein d’humour. A se tordre de rire.
    Il parait même que le MoDem serait siphonné…

    J'aime

  3. Bernard dit :

    Me permettrez-vous, c’est vous qui êtes le chat, de laisser le commentaire, une fois n’est pas coutume, à plus renommé que moi ? Vous allez voir que vous n’y perdrez pas :

    Ségolène et les vieillards

    Il ne faudrait pas que l’aveuglement conduise les socialistes à un suicide collectif

    « A l’évidence, Ségolène Royal les rend fous. Pis que cela : elle les rend bêtes. Supérieur à la moyenne, le quotient intellectuel des dirigeants socialistes s’effondre brusquement, à la limite de la débilité, dès que l’on prononce le nom de Ségolène. Leurs boussoles s’affolent, leurs logiciels se détraquent; elle est à elle seule leur triangle des Bermudes. On se souvient de Laurent Fabius : «Qui gardera les enfants ?» De Martine Aubry : «Ce n’est pas un concours de beauté !» De Lionel Jospin : un livre entier contre l’ex-candidate ! Michel Rocard veut s’en aller; Jean-Luc Mélenchon est déjà en fuite. Le social-libéral Delanoë s’inquiète d’une alliance possible avec le MoDem. François Hollande, son ex-compagnon, bégaie à l’annonce du résultat, se contredit, sème des pièges, allume des contre-feux. Tous la détestent. La plupart, qui rêvent en secret d’un rapprochement avec le centre et ne laissent pas d’ourdir des désistements avec les centristes; tous, qui pensent comme des bourgeois, qui vivent comme des bourgeois, qui thésaurisent comme des bourgeois, affichent leur terreur : «L’an dernier, on a échappé de peu à François Bayrou comme Premier ministre !» Commedianti ! Tragedianti ! En bon français : faux-culs !
    Une perte d’intelligence aussi subite et aussi collective ne relève pas des sciences cognitives, mais bien de la psychanalyse. Comment expliquer ce mélange de haine rabique et de sottise avérée ?
    C’est en vérité bien simple : Ségolène Royal n’accepte pas la règle du jeu; par son comportement, elle la détruit. Qu’est-ce que le Parti socialiste ? Un cercle fermé, à l’image d’un club anglais, où de vieux machos, le teint couperosé, le tweed fatigué, la pochette agressive, veulent pouvoir siroter en paix leur porto à l’abri de leur femme, de leurs fournisseurs – et du peuple. Ce n’est pas une question de droite ou de gauche : Jean-Luc Mélenchon et Jean- Marie Bockel ont longtemps coexisté au PS et, du reste, Ségolène Royal y est conjointement accusée de tendances droitières et de démagogie gauchiste. C’est une question d’endogamie politique. On veut rester entre soi : le PS, c’est le Jockey Club à la portée des instituteurs.

    Alors, quand Ségolène préconise la démocratie participative, qu’elle surfe sur les 20 euros et dénonce dans la cotisation une taxe sur la militance, toute la basse-cour se met à caqueter : on n’est plus chez soi ! Quand elle décrit la social-démocratie comme une recette du passé qui s’efforce de réparer les dégâts du capitalisme alors qu’il s’agit de les prévenir, elle pose le bon diagnostic mais elle dérange : on s’était à peine installé dans les habits de Bernstein, dans les recettes suédoises et dans les meubles Ikea qu’il faudrait déjà décaniller ? Impossible, ma chère ! C’est comme ses tenues : il paraît qu’elle est passée chez son coiffeur et qu’elle a changé de robe avant d’aller au Zénith ! Ce n’est pas Rocard ou Jospin qui feraient des choses pareilles. Ils se contentent de scier des planches à la télé ou d’y chanter «les Feuilles mortes»… Mais le Zénith ! Il y avait là de la musique comme à la Fête de l’Huma. Ou comme à la messe, oui, mon cher, comme à la messe !
    A propos, les centaines de milliers de militants qui dans l’Ohio, en Floride, en Virginie et ailleurs ont assuré la victoire d’Obama, étaient-ils à jour dans leurs cotisations ? Ce n’est pas sûr, camarades, il faudrait aller vérifier ça avant de se réjouir.
    Alors, vous êtes donc un inconditionnel de Ségolène ? – Pas si vite, mon ami, pas si vite. Elle a encore des progrès à faire et beaucoup à travailler d’ici à 2012. Elle est souvent trop arrogante et pas assez fiable. Mais elle est l’un des principaux atouts du parti. Et puis, Ségolène Royal est un symptôme. De ces bonzes inoxydables, vieux dans leur tête, vieux dans leurs moeurs politiques, les Français de gauche ne veulent plus : «Encore vos combines ? Alors, encore Ségolène !» disent-ils. La marginaliser, ce serait vouloir tuer le symptôme plutôt que la tumeur. Il ne faudrait pas que la mesquinerie, le ressentiment, l’aveuglement conduisent les socialistes à un suicide collectif, comme un troupeau de baleines déboussolées qui viennent s’échouer sur la grève ».

    Jacques Julliard, un autre emmerdeur de chrétien de gauche, un amateur de poètes catholiques (Péguy et Claudel) empêcheurs de penser en rond.
    Le Nouvel Observateur de je ne sais plus quelle date.

    J'aime

  4. BCT dit :

    Je ne peux que saluer encore et encore Jacques Julliard.
    Merci Bernard, rien à rajouter.

    J'aime

  5. BCT dit :

    C’était le 13 novembre 2008.

    J'aime

  6. Bernard dit :

    Oh ! les gars ! attendez !

    Moi, je ne suis pas de chez vous. Je ne suis que de chez Péguy, plus le Péguy poète que le prosateur. Alors vos histoires locales, je ne m’en moque pas, mais je ne les connais pas.

    J’aime bien BCT pour l’avoir connu sur le blog de Teixeira. Je ne connais ni Minijack ni qui que ce soit d’autre à Orléans.

    Les épisodes antérieurs aux élections socialistes pour socialistes du Loiret me sont tout à fait étrangers. Alors, pardon si je commets des gaffes, Monsieur le Chat.

    Je lis dans un n° ancien, récemment réapparu, ce passage :

    « A l’heure où je me fraie un chemin de plus en plus étroit entre l’infarctus qui me guette et le cancer que j’ai peut être (sans doute) déjà… sachez que les attaques sur mon âge ne me touchent plus dès lors que je fais du rab ! »

    Et ça à la suite (ou à la fin) d’une controverse entre Aubristes et Royalistes orléanais (rien à voir avec les royalistes orléanistes :)).

    Monsieur Le Chat, je suis royaliste et pas sarkoziste ; j’ai une admiration sans borne pour Jacques Delors, mais pas pour sa fille ; pour François Mitterrand et pas pour Jospin ; mais je vous respecte infiniment, non pas parce que vous êtes âgé (souvenez-vous de Brassens qui ne distinguait pas dans sa chanson les vieux cons et les cons débutants) ; non pas parce que vous êtes malade (moi aussi, et je puis vous dire que ma famille ne me rate pas si nécessaire) ; non, je respecte votre intelligence et votre talent. Cela seul compte.

    Fraternellement, Bernard

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s