NEGOCIATIONS OU SOLILOQUES ?

On peut imaginer que ce ne doit pas être facile pour le Président Sarkozy de renoncer à être le Président de la Réforme pour ne plus être désormais que le Gérant de la Crise….Tout comme ses prédécesseurs !… A ceci près que la Crise aujourd’hui est devenue particulièrement aiguë !

Programmé pour ouvrir de nouvelles voies, le voici contraint à marcher à vue et à négocier parmi les aiguillages hasardeux qui font se rejoindre ses convictions les plus profondes avec les contraintes qui s’imposent à lui !

C’en est bien fini du Libéralisme à tous crins, de la loi du Marché dont on nous a rabattu les oreilles et dont on nous aura vanté les mérites!

En fin de compte la chute du Communisme en 1989, et qu’il ne faut surtout pas regretter, aura permis au Capitalisme Financier de prendre toutes ses aises, y compris dans les Pays de l’Ancien Bloc Soviétique !

Tout cela aurait pu bien se passer si l’on n’avait pas d’emblée confondu la liberté d’entreprendre avec la possibilité de faire n’importe quoi….

Du coup le Libéralisme s’est même installé de prime abord dans les anciens Pays Communistes : tous les anciens du KGB se sont retrouvés autour de la Corbeille à la Bourse tandis que tous les vieux apparatchiks découvraient avec délice les charmes de la corruption et s’organisaient en Maffia au point qu’aujourd’hui les membres de  » Cosa Nostra  » en Sicile font figure de parents pauvres !

Plus de Communisme….Un Libéralisme à la ramasse…..Nous sommes bien en rupture de trucs en  » isme  » !…..Faute de cela, nous nous contentons du Sarkozysme….une doctrine pour l’instant un peu vague et

qui semble plutôt marcher à tâtons pour se situer à la frontière qui sépare le pompier pyromane de l’arroseur arrosé !…Reconnaissons lui le mérite de porter sa croix avec dignité tant il doit être pénible de commencer comme Bonaparte et de finir comme Jacques Chirac en slalomant au milieu des emmerdes….C’était bien la peine de parler de ses prédécesseurs avec un tel dédain pour se retrouver tout comme eux à éviter de mettre les pieds dans les flaques…

La réunion de l’Elysée avec les organisations syndicales et qui aurait dû se jouer à trois entre les Syndicats, l’Etat et les Patrons a tourné au duo puisque le Medef représenté par Laurence Parisot a semblé ne rien vouloir entendre ni pour ce qui est des salaires ni pour ce qui est de la distribution des bénéfices…

Ceci était parfaitement prévisible, dès lors que l’on a vu Laurence Parisot débarquer à l’Elysée en ciré bleu clair comme si elle revenait de Courchevel….Il était parfaitement perceptible que le fait de s’habiller en  » Schtroumpf  » pour aller à cette réunion témoignait de la désinvolture avec laquelle elle s’y rendait !….En dehors de cela, pas très brillante… celle qui affublée de la sorte aurait pu remplacer Danièle Evenou dans Marie Pervenche….Une élocution hésitante….des difficultés à trouver ses mots et ne réagissant vraiment que lorsqu’elle entendait les mots  » Smic  » , » Dividendes  » ou  » Charges Sociales « ….

Assez lamentable l’impression qu’aura laissé le Medef dans cette circonstance, abandonnant le Président face aux Syndicats en n’apportant aucune proposition…Et pourtant : 54 milliards € en 2008 sur les entreprises du CAC 40, ça devrait pouvoir offrir certaines marges de manœuvre !

Alors Nicolas a fait ce qu’il a pu !…sortant encore 2,6 milliards € qu’il n’avait déjà plus, il aura tout juste saupoudré  » avec le geste auguste du semeur  » comme aurait dit Victor Hugo !

Résultat : il aura offert quelques bouées de sauvetage à certains qui étaient véritablement en train de se noyer , et ceci ne saurait en rien lui être reproché : certes il s’agissait d’un plan humanitaire mais en aucun cas d’un plan de relance susceptible de faire repartir un tant soit peu l’Economie….

Pas de diminution de la TVA pour faire baisser les prix, pas de revalorisation du SMIC qui contribuerait à rendre un peu de dignité au Travail en le rémunérant d’une façon plus équitable. Ces deux mesures sont sans doute les seules qui permettraient de sortir plus vite de la Crise, je  connais les arguments qu’on y oppose : achat de produits importés, inflation et autres chiffons rouges que l’on agite devant nos yeux pour nous faire peur !…Je sais bien que toutes les décisions ont des effets pervers, y compris les bonnes….Alors que dire des mauvaises !

Conclusion : s’il est bien de constater que le Président fait un geste en faveur de ceux là qui étaient sur le point de chavirer, force est de constater que tant qu’il vous restera le moindre fifrelin….On ne fera rien pour vous…..A vous de plonger au fin fond de la mouise pour espérer que l’on vous aide un tant soit peu !….Alors tous en route pour le Titanic et attendez de vous retrouver sur le Radeau de la Méduse pour attirer l’attention….On n’a plus de sous !….On ne gouverne plus !….On fait de l’Humanitaire et rien de plus !

Dès le lendemain, Nicolas Sarkozy reprenait le collier pour s’occuper de l’Outre Mer en général et de la Guadeloupe en particulier après qu’il ait laissé l’affaire s’embourber pendant bientôt trois semaines….Nouvelle réunion, nouveaux milliards d’€ distribués….Tout cela dans un climat de méfiance et à renégocier sur place !

Que reste t’il de ce pauvre Yves Jego , sous ministre des Cocotiers, et qui après avoir vécu pendant près d’un mois en orbite entre Paris et Fort de France semble servir de paillasson présidentiel pour offrir à Nicolas l’occasion de faire comprendre une fois de plus que sans lui pour arranger les problèmes nous serions tous foutus !

Une question troublante pourtant : comment peut on déclarer à qui veut l’entendre que les caisses sont vides et annoncer encore que l’on va faire sortir des milliards comme s’il en pleuvait, même si c’est pour la bonne cause !…

Alors bien sûr, il paraît qu’il s’agit d’emprunts mais enfin tout de même : essayez d’aller voir votre banquier : de lui dire que vous n’avez plus rien, et de solliciter un prêt remboursable à jamais, avec des traites tirées sur l’horizon !….

Et bien, il paraît qu’au niveau des Etats tout cela est parfaitement possible….Et voilà pourquoi plus nous nous enfonçons dans la crise et plus les milliards d’€ volent au dessus de nos têtes par dizaines au point que tout cela devient surréaliste….

Il paraît qu’hélas nous faisons des dettes sur la tête de nos enfants !….Dans ce cas, et compte tenu de ce que je paie depuis toujours, je me dis que mes pauvres parents ont dû bien s’amuser sur mon compte quand j’étais petit….Et même avant…..Allez Dormez en Paix, je vous pardonne, et j’espère que mes enfants ne m’en voudront pas trop à leur tour !

Heureusement, la fin de la semaine s’annonce d’ores et déjà plus calme : pas de négociations prévues….Juste l’inauguration du Salon de l’Agriculture pour se détendre un peu….

On ne sait pas si Monsieur  » Kastoipovcon  » a été convoqué pour la circonstance afin de refaire le même numéro que l’année dernière…A moins que ce soit juste pour permettre au Président de se défouler un peu…..

A propos chatdorleans

Orléanais
Cet article a été publié dans Actualités. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour NEGOCIATIONS OU SOLILOQUES ?

  1. FA dit :

    Pour rcompléter la juste interrogation du paragraphe ci-après et pour faire court,
    Alors bien sûr, il paraît qu’il s’agit d’emprunts mais enfin tout de même : essayez d’aller voir votre banquier : de lui dire que vous n’avez plus rien, et de solliciter un prêt remboursable à jamais, avec des traites tirées sur l’horizon !…. Et bien, il paraît qu’au niveau des Etats tout cela est parfaitement possible….Et voilà pourquoi plus nous nous enfonçons dans la crise et plus les milliards d’€ volent au dessus de nos têtes par dizaines au point que tout cela devient surréaliste…
    Comprendre le CDS :www.lafinancepourtous.com/CDS.html
    Puis reprendre calmement sa lecture
    Les CDS atteignent des niveaux record.
    Le CDS est un certificat qui sert à se couvrir contre le risque de défaut de paiement des Etats. Si par exemple, un intervenant achète 10 millions d’euros d’obligations de l’Etat français (dette souveraine), il lui en coûtera 90 points de base pour assurer sa créance, soit 90 000 euros. Moins les investisseurs ont confiance en l’Etat, plus le CDS coûte cher.
    Les Etats, jour après jour, se fragilisent…
    Or le coût de ces assurances ne cesse de croître, à mesure que les Etats se lancent dans des plans de relance gargantuesques, s’endettent massivement, creusent leurs déficits, et émettent des obligations pour financer leurs dépenses. Les Etats, jour après jour, se fragilisent…
    Les CDS cinq ans atteignent des records. Et les pays dont la dette souveraine est la plus solide sont aussi touchés. Mercredi, le CDS cinq ans sur la dette des Etats-Unis a atteint 96,6 points de base contre 91 points. Celui sur la dette allemande a touché lui aussi un record à 87,2 — contre 84,7 mercredi. Quant au CDS sur la dette française, il est monté à 89,8. Et celui sur la dette autrichienne a franchi les 230 points de base !
    Navré d’avoir été aussi chi…

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s