QUOI DE NEUF ?……MOLIERE !……

 

Cette réplique de Sacha Guitry me revient en mémoire, tandis que je viens de refermer l’ exemplaire du  » Misanthrope  » qui n’est jamais très loin de moi !….Molière….toujours actuel…à peine quelques tournures semblent d’une autre époque, mais pour l’essentiel cette langue extrêmement pure étonne encore….Tant  il reste résolument moderne et sans doute pour longtemps encore !
La  » Comédie Française  » qu’il avait fondé en 1680 reste aux yeux du monde entier la référence absolue en matière de théâtre et la  » Nuit des Molières « , malgré la méfiance que peut inspirer de genre de manifestation reste encore malgré tout l’occasion de rendez vous avec quelques bons moments de Théâtre….
Et pourtant l’existence de Molière fut loin d’être à l’image d’un tapis de roses se déroulant sous ses pieds ! Créateur de  » l’Illustre Théâtre « , il fit plusieurs fois faillite et se retrouva même en prison pour dettes !.

Malgré tout, ce qui dominait en lui : c’était la Passion pour son métier, à qui nous devons les chefs d’œuvres qu’il nous a légués.

Plus de 320 ans plus tard qu’est devenu le théâtre et le spectacle en général ?

Avant d’aller plus loin sur ce sujet, je dois préciser que moi même, aux alentours des années 1965, j’ai connu toutes les difficultés d’un jeune artiste cherchant à vivre de son métier : allant de cabarets en théâtres de chansonniers, j’ai connu les galas de misère et les tournées de province plus ou moins bien organisées….Expériences néanmoins riches de souvenirs et de moments passés jusqu’au bout de la nuit à refaire le monde que l’on s’empressait de nous démolir à nouveau dès que le soleil s’était levé!….    

Bien sûr tout cela n’était jamais très bien payé et exigeait souvent d’aller gagner une autre partie de sa vie ailleurs. De ce fait il est bien vrai qu’aujourd’hui ce n’est certes pas uniquement le théâtre qui subvient à ma retraite…. Pour une partie seulement mais si peu !…

Quelques uns parvenaient malgré tout à subsister sans exercer un autre métier  » nourricier « …La plupart du temps grâce à une compagne ou un compagnon qui assurait à lui seul la vie matérielle du couple…Ca fonctionnait plus ou moins bien, et ça finissait toujours par ne plus très bien marcher, la partie laborieuse du couple finissant toujours par penser que l’autre moitié mettait beaucoup de temps à être reconnue ès qualités !….

Ce que je savais, néanmoins, c’est que si l’on m’engageait, c’est que j’avais quelques mérites à me trouver là….un savoir faire sûrement, du talent peut être mais en tous cas j’avais été choisi et c’était cela qui comptait.

Bien sûr, je n’étais pas le seul dans ce cas, et je voudrais maintenant revenir à ce qui nous animait tous : La Passion….qui nous obligeait à travailler le jour pour avoir encore la force de jouer le soir et bien souvent à surpasser la fatigue qui se rappelait à nous !….Dormir 2 heures en coulisses pour récupérer, boire des cafés dans une arrière salle de bistrot la tête dans les mains pour se reconstituer….et être en forme 20 minutes plus tard….rentrer à 4 heures du matin, traverser Paris en vélomoteur, et se relever 3 heures plus tard pour une journée au bureau….tout ça, je l’ai fait des années durant….beaucoup d’autres aussi !

A ce régime là, il est vrai qu’il fallait avoir au moins autant de santé que de talent, et je pense en particulier à l’un de mes copains : nous devions avoir environ 25 ans tous deux et son coeur un matin a refusé d’aller plus loin dans cette vie un peu folle qui était la nôtre….lui aussi avait une petite fille, tout comme moi…..Bien sûr que ce n’était pas raisonnable, mais que faire contre quelqu’un qui veut vivre sa Passion ?….

Simplement, nous étions des  » artistes « , et ce titre là, c’est le Public, et personne d’autre qui nous l’avait donné….les directeurs, les organisateurs de spectacle n’avaient plus qu’à suivre puisque le Public, et lui seul en avait décidé ainsi !

Quant à nous, nous n’avions fait que de croire à notre étoile !

C’est vrai que de nos jours, tout cela a bien changé. Sous prétexte de mieux encadrer le métier d’artiste, on a érigé de véritables citadelles.

Ni le Public, ni les Artistes n’y trouvent leur compte !

Le Public a été carrément écarté, son jugement réduit à néant : c’est  désormais aux Producteurs et aux Médias de choisir à notre place ce qu’il  convient  d’écouter, d’aimer et d’acheter !

On peut se demander jusqu’à quel point Georges Brassens aujourd’hui n’aurait pas été condamné à chanter dans la rue toute sa vie….quitte même à finir par ne plus chanter du tout !

Rien que ceci suffit à douter du système dans lequel nous vivons !

Les artistes quant à eux ont été laminés par le régime mis en place soi disant dans leur intérêt: celui des  « intermittents du spectacle » !

Jusque là ils étaient musiciens, chanteurs, comédiens, jongleurs, clowns ou chansonniers…..Aujourd’hui ils sont tous  » intermittents du spectacle « ….C’est d’ailleurs ce qu’ils vous répondront la plupart du temps si vous leur demandez quel métier ils font…..musicien, comédien ou acteur, c’était leur profession, intermittent du spectacle ce n’est que leur statut social…..quand le statut social devient le métier…c’est bien que le métier est en train de disparaître !….

Ce système a d’ailleurs eu d’autres effets pervers, en particulier de permettre à n’importe qui, même dénué de talent et d’aptitudes de se prétendre artiste pour bénéficier de ce fameux régime des intermittents du spectacle et même d’obtenir des subventions pour des réalisations plutôt improbables, qui faute d’avoir subjugué le public ont permis au moins à leurs bénéficiaires d’en vivre quelques temps…Cela nous a valu quelques pièces de théâtre soi disant d’avant garde complètement hermétiques et qui n’auront pas marqué l’Histoire !….Cela nous a valu aussi et nous vaut encore quelques Associations en général au profit d’une seule personne, et dont l’action en matière de Spectacle Vivant reste des plus limitées…juste pour continuer à obtenir les fameuses subventions.

Le régime des intermittents du spectacle est devenu aussi une brèche dans laquelle se sont engouffrés toute sortes de métiers en rapport épisodique avec le spectacle mais pouvant s’exercer dans le cadre du Régime Général : Une secrétaire ou un employé dans une boîte de  » Prod’  » pourrait tout aussi bien exercer son métier dans n’importe quel autre secteur ; un électricien dans un théâtre peut aller faire de l’électricité partout ailleurs, etc….

C’est ainsi que le Régime Social des Intermittents du Spectacle est devenu au fil des ans un organisme monstrueux sans cesse aux prises des revendications des uns ou aux menaces de restriction des autres….

C’est en effet un Régime où 100% des adhérents cotisent bien entendu, mais où 80% de ces mêmes adhérents sont en même temps prestataires !…Il va de soi que l’équilibre est difficile à réaliser !

Ce n’est certes pas de la faute des artistes (je ne veux parler que des vrais !), c’est sans doute simplement ou encore une conséquence d’un Monde où l’on ne cesse de vouloir tout régenter jusqu’à la Création.

Une époque où l’on en sera arrivé même à mettre la  » Culture en Maison ! « ….comme une pauvre fille….

Il y a encore des artistes que la Passion anime, j’en compte encore quelques uns parmi mes amis: d’authentiques talents… de génies peut être, et qui essaient encore de franchir le maillage que l’on a tendu entre eux et le Public!…Pour l’instant, ils espèrent encore….puissent ils finir par être récompensés en comparaison des obstacles qu’ils auront rencontrés!

Comme Molière, mes amis, comme Molière dont je crois voir ce soir comme dans un rêve, la charrette chargée de costumes, de décors, d’accessoires et d’acteurs miséreux s’éloigner vers d’autres villes, d’autres lieux où peut être on finira par les reconnaître pour qu’ils vivent !

Alors, courage…et faites aussi comme Molière qui a si longtemps erré…et lorsque vous rencontrerez un Ministre sur votre chemin demandez lui seulement si c’est loin…..La Comédie Française !

 

 

 

A propos chatdorleans

Orléanais
Cet article a été publié dans Humeurs et Air du Temps. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour QUOI DE NEUF ?……MOLIERE !……

  1. minijack dit :

    Hélas, Molière lui-même ne serait plus qu’un souvenir si Louis XIV ne lui avait accordé du crédit personnel et fondé après sa mort la Comédie Française sur le budget de l’État.
    Lorsqu’on parle aujourd’hui de Licence Globale pour la Culture sur Internet, on n’en est pas très loin…
    Louis XIV a vraiment fait là son boulot de roi. On aimerait qu’aujourd’hui l’État fasse la même chose…

    C’est qu’en effet, dans un monde où tout est basé sur la rentabilité immédiate — et donc sur la « rareté organisée et canalisée » –, la Création culturelle foisonnante n’est pas un investissement de premier ordre du point de vue des prédateurs financiers, sauf quand elle est déjà connue et reconnue du monde entier. Là les mécènes s’arrachent les toiles ou et les manuscrits et s’affichent aux côtés des vedettes du moment dans les journaux « people ». Mais faut-il encore appeler « mécènes » des gens qui arrivent comme les carabiniers ? C’est avant le succès qu’on mérite ce titre, pas après.

    De nos jours, le souverain, c’est le Peuple, qui est sensé régner sur la Démocratie au travers de ses représentants. C’est donc à Lui d’assumer la Création culturelle, notamment au travers de la Redevance TV. Tout ça me parait très cohérent, mais ça ne devrait pas se limiter à la TV car le Spectacle Vivant est lui aussi un secteur essentiel de la Création culturelle. Or, on voudrait traiter les intermittents comme des employés d’usines interchangeables, engagés en CDD ou en intérimaires et dont on peut « dégraisser les effectifs » en cas de crise.

    La réalité est très différente. Entre la conception d’un spectacle, l’écriture, la recherche du financement, les répétitions, les installations techniques, sans même parler de la logistique pur les tournées, c’est un travail à temps complet.
    On n’en voit le résultat qu’au moment où la pièce se joue mais ces deux heures publiques contiennent parfois des mois de sueur.

    Ce dont le public ne se rend pas toujours compte c’est de l’amalgame indument fait entre le Spectacle Vivant et le Spectacle enregistré.
    Les intermittents travaillent en principe surtout dans le « spectacle vivant » et partiellement dans le spectacle « enregistré », lequel est trop souvent copié sans contrepartie. Il fut longtemps « ré-exploité », voire « sur-exploité » sans contrepartie par les producteurs qui s’en croyaient propriétaires. C’est heureusement fini et aujourd’hui les acteurs, auteurs, et autres participants d’un spectacle enregistré qui repasse « x fois » à la TV sont chaque fois indemnisés pour ces rediffusions. Ca n’a pas toujours été le cas.

    Mais comme vous dites, la secrétaire du producteur est une secrétaire, pas une intermittente, pas plus que les acteurs ou techniciens ou autres participants de séries TV tournées en studios et à jet continu toute l’année. Par définition, là il n’y a plus « d’intermittence » mais une activité commerciale parfaitement identifiable et qui devrait dès lors être considérée comme telle. Beaucoup de ces « Boîtes de prod » dégagent d’énormes profits. Or, depuis des décennies, les sociétés de Production TV qui nous fabriquent des « soap-opéras » à jet continu bénéficiaient de ce statut d’intermittence qui devrait n’être réservé qu’au Spectacle Vivant.
    De ce fait, chaque été ils faisaient reposer la charge des congés payés sur la Caisse des « intermittents », ce qui a eu pour résultat de la vider à vitesse grand V.
    Parallèlement, la paupérisation grandissante de certaines couches de la population et la précarisation de l’emploi dans le monde industriel a amené un flux de jeunes à considérer qu’après tout, il n’y avait pas une grande différence entre le statut d’intérimaire de l’industrie et celui d’intermittent du Spectacle, et beaucoup tentent à leur tour de devenir des « stars »… Ce sont d’ailleurs les mêmes productions de TV commerciale qui les y encouragent par des émissions pièges-à-cons de Télé-IRRéalité.
    La plus célèbre d’entre elles étant Endemol qui pour s’intéresser au Web a passé en 2006 un accord avec… Microsoft !… Qui se ressemble s’assemble ! ( http://www.journaldunet.com/0609/060920-endemol.shtml )

    La piètre loi qui fut passée en force par Donnedieu de Vabres il y a quelques années, dans le droit fil des méthodes de l’UMP pour DADVSI puis HADOPI, n’aura donc eu pour effet que de provoquer la désertion des professionnels français vers d’autres pays où le statut leur était plus favorable. Beaucoup d’artistes ont monté leur structure en Angleterre ou en Italie et reviennent maintenant vendre leurs spectacles en France, mais cette fois au prix fort en tant que Producteurs, à des municipalités comme Avignon, Aix, et quelques autres villes dont le rayonnement était basé sur la création culturelle.
    Leurs budgets n’ayant pas progressé dans les proportions suffisantes, le résultat est que l’on assiste à quelques représentations de bonne qualité achetées au prix fort, mais dans le même temps à une très forte diminution de la quantité de créations de la part des troupes plus modestes.
    En fait on aura réussi, là aussi comme dans la culture enregistrée, à réduire la palette de l’offre et organiser la rareté pour mieux exploiter commercialement un filon captif de grosses structures médiatiques.
    Que Mme Albanel s’en aille quand elle va échouer une seconde fois à faire passer l’HADOPI ou qu’elle reste s’il se trouve encore suffisamment de sarkoziens pour favoriser les majors au détriment de la culture populaire, ça ne changera pas grand chose au fait que c’est un secteur sinistré, et quel qu’ait pu être votre talent, cher chat, vous ne pourriez plus trouver aucun engagement de nos jours…

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s