NOUVELLES DU FRONT….DE PARTOUT, D’AILLEURS ET MÊME D’AUTRE PART !

Dans la torpeur de l’été, je poursuis donc ce marathon médical dont j’avais fait (par nécessité) l’essentiel de mon emploi du temps pour ce mois d’Août 2009 !
Et voilà bien pourquoi, faute d’aller à la découverte de nouveaux rivages lointains et de plages paradisiaques, je multiplie mes contacts et mon approche avec une autre «  jungle  » dont vous ne trouverez aucune trace dans les Agences de Voyage…..Pas plus d’Amazonie que de Hauts Plateaux Kenyans mais seulement l’univers impitoyable du monde médical, hospitalier et clinicien dont je suis devenu en fin de compte l’instrument depuis près de trois semaines déjà….

A ce propos, vous ne vous étonnerez pas de mon absence sur ce site dans le courant de la semaine prochaine, puisque je dois subir je ne sais plus quelle épreuve sous anesthésie générale, et que j’espère que mon «  tour opérator  » aura bien prévu pour la circonstance ma réservation pour le billet de retour !…

Tout ceci est loin d’être une mince affaire puisque l’on a commencé dans cette perspective par me faire signer plusieurs décharges de responsabilité à destination de l’anesthésiste, du praticien et de l’établissement qui me reçoit, dont il ressort que si d’aventure il me prenait l’idée de casser ma pipe en cours de route, personne, vraiment personne et quoiqu’il arrive ne pourrait être tenu responsable en aucune manière de la farce que je me serai joué à moi même !

Et puis il y a aussi cette petite ordonnance dans le dossier me prescrivant d’acheter avant mon admission une bouteille de «  Solution Moussante à 4%  » !

Renseignements pris, il s’agit du savon antiseptique dont le praticien doit se servir afin de purifier ses mains, juste avant de s’occuper de mon auguste personne !….4,31€, à ma charge et dont la Sécurité Sociale ne prévoit pas le remboursement…..

Quelle époque !….Me suis je dit et surtout quel manque d’élégance !

C’est alors que me sont revenus en mémoire les souvenirs de ces maisons tout aussi «  hospitalières  » que nos cliniques, et où l’on ne manquait pas de vous remettre comme cadeau d’accueil et avant même que vous n’ayez attaqué la première marche de l’escalier : le petit savon et la serviette !…..Et tout cela en présence de l’infirmière qui nous accompagnait et qui nous appelait «  Poussin  » !

Au moins on savait vivre en ce temps là, et cela n’empêchait pas nos «  praticiennes  » d’avoir les mains très propres et parfaitement aseptisées quand elles intervenaient sur nos chairs exsangues en pratiquant pour toute anesthésie, la mise entre parenthèse de nos emmerdes du moment !

Aujourd’hui, rien que pour vous amener aux portes du cimetière…comme ça, pour jouer et histoire de rigoler, on vous fait payer le savon pour que le chirurgien se lave les «  mimines  » avant de sauter sur vous avec ses instruments de torture….C’est lamentable !….C’est dérisoire et ça devient risible !

Et c’est à ce moment que je m’interroge : Où se situent véritablement, les maisons «  que la morale réprouve  » ?…..Et n’y a t’il pas davantage d’ élégance chez la Fille de Joie qui vous donne du plaisir, même s’il est tarifé que chez le praticien qui s’excuse de vous demander une rallonge !……Il arrive aussi que la Fille fasse la même chose : ça fait presque partie du jeu et de toute façon il n’y a pas de barème….Chez les toubibs ça porte le nom pompeux de «  Dépassements d’Honoraires  » en fonction de l’importance que chacun s’accorde à lui même et à ses capacités…..Autant dire que cela peut prendre des proportions ! …..

Entre nous préfériez vous ceci:

 

 

 

 

bordel 1

 A celà:

consultation 

 

Mais enfin tout de même de là à faire payer par le patient le savon moussant du chirurgien !….Il me semble que l’Evangile raconte que Ponce Pilate s’était lui même lavé les mains du sort de Jésus….Il ne me semble pas en revanche qu’il soit allé jusqu’à lui demander de fournir le savon !

A ce jeu là, il va de soi que les souvenirs que nous gardions d’une Sécurité Sociale qui remboursait s’estompent un peu, et que nous en sommes arrivés à la Sécurité Sociale qui contribue tout juste ou qui se contente de participer chichement !

Nous en arrivons ainsi au moment où les titulaires de la CMU ont souvent du mal à être reçus par des Généralistes eux mêmes…Et que dire alors des Spécialistes !….Bien sûr qu’il existe toujours de nombreux praticiens qui continuent à faire leur métier avec générosité et en restant tout simplement fidèles au serment qu’un jour ils ont prêté !

Sans doute reste t’il encore autant de médecins estimables que de filles de joie au grand cœur, puisqu’il aura fallu que je fasse ici un parallèle un peu scabreux, j’en conviens entre les deux….Et tout cela pour une histoire de savon !

Et ceci sans doute à cause d’une vieille histoire, une simple anecdote, bien ancienne déjà mais qui permet de refermer la boucle avec ce que je vous ai raconté aujourd’hui……

C’était en 1960, et j’étais soldat en Algérie, à Bône très précisément (Annaba aujourd’hui)….Je traînais une vilaine blessure au bras qui était plutôt mal soignée et qui avait tendance à s’infecter…..

Traînant mon ennui en même temps que d’autres camarades, nous nous sommes retrouvés un soir dans l’une de ces «  Maison de Plaisirs  », plus ou moins réservées aux militaires et où l’on pouvait entre autres boire un verre, jouer aux cartes discuter, avec des dames… et plus si affinités ( ou plutôt pognon !)….On y trouvait souvent des filles venues de métropole….en rupture de ban, avec besoin de se mettre au vert ou tout autres raisons en général plutôt obscures ; bien sûr on avait vite fait de parler de là bas….de l’autre côté de la mer !

Ce soir là j’étais tombé sur une véritable parisienne et de mon quartier en plus…..Remarquant cette blessure à mon bras, elle m’offrit de me mettre un pansement pour me soigner…..Elle m’invita à la suivre dans sa chambre et entreprit de nettoyer, puis de panser cette blessure….Elle me conseilla de revenir la voir quelques jours plus tard de telle manière que c’est à elle que j’ai dû d’être vraiment soigné à cette époque !…..Jamais il n’y eut, la même équivoque, le moindre malentendu ou la moindre attention intéressée provenant d’elle à mon égard et pour ma part il n’y eut jamais rien d’autre que du respect, de la gratitude et de l’amitié.

En tous cas, et pour revenir à cette affaire qui nous a occupé, je suis certain que c’est encore elle, qui ce jour là m’a offert à boire et qui n’a jamais même pensé à me faire payer le savon ni pour se laver les mains, ni pour nettoyer ma plaie !….

Si cette jeune femme de l’époque est encore de ce monde, sans doute est elle aujourd’hui Mémé quelque part et j’en profite pour lui dire combien j’espère qu’elle aura eu une Belle Vie, et combien son souvenir est resté vivace…..Et très franchement, le merci que je lui adresse plus d’un demi siècle plus tard, ça vaut tout de même davantage qu’un petit flacon de savon moussant que je vais devoir offrir à mon anesthésiste pour qu’il n’oublie pas de me ramener parmi vous…..

Parce que ça entre nous, ça fait quand même un peu mesquin….. Non ?

A propos chatdorleans

Orléanais
Cet article a été publié dans Humeurs et Air du Temps. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour NOUVELLES DU FRONT….DE PARTOUT, D’AILLEURS ET MÊME D’AUTRE PART !

  1. Circé dit :

    Je crois cher JPM que tu auras à ton réveil, ce dont je ne doute pas, et à ta sortie d’autres surprises toutes aussi mesquines et intéressées.
    Merci de ton témoignage.
    Et je réitère mon invit pour boire un pot dès que tu seras prêt en compagnie de toutes celles et ceux qui pensent à toi en ce moment.

    J'aime

  2. Miguel dit :

    Tous mes encouragements aussi, Jean-Paul.

    J'aime

  3. minijack dit :

    Te plains pas, chat. En chine ils font même payer aux familles la balle des fusillés !…

    Allez, haut les cœurs ! Cette histoire de savon « antiseptique », c’est juste pour se laver de tout soupçon de ta part, ce n’est pas pour te savonner la planche !
    ;c)

    J'aime

  4. chatdorleans dit :

    @ Minijack

    Il n’y a pas besoin d’aller jusqu’en Chine !….Sache pour ta gouverne que notre Armée Française elle même avait pris l’habitude de facturer aux familles le drapeau tricolore qui enveloppait la dépouille de leurs enfants !….
    J’ignore si cet usage est toujours en cours mais il était toujours en vigueur lors de la Guerre d’Algérie !

    J'aime

  5. Hassan Kerim dit :

    On en est à parler de fusillés ici? Moi je compte bien aller boire un coup avec toi très vite, comme le propose Circé et rigoler de cette histoire de savon. En passant, j’espère qu’ils te rendront le reste de la bouteille parce que si le chirurgien utilise tout le contenu, c’est qu’il y avait du boulot,ce que je n’imagine pas. Bon courage et toutes mes pensées avec toi cher Jean-Paul. Je me permets de t’embrasser.

    P.S. Je savais que tu avais connu ce temps… béni du « petit savon et de la serviette ». Il faudra que tu me raconte. A très vite.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s