QUAND FLORENT MONTILLOT FAIT « SON CINEMA » !

Comment  ne pas être choqué par l’interdiction faite au dernier moment à une équipe de cinéma de filmer un scénario exigeant la présence sur le plateau de « policiers factices » (C’est ainsi que notre adjoint à la « Tranquillité » désigne des acteurs lorsqu’ils jouent des rôles de policiers en uniforme avec insignes et accessoires!)…..Le pretexte invoqué: la présence de policiers, mêmes factices dans un quartier sensible, et qui même dans le cadre du tournage d’un film peut s’avérer traumatisante pour la population et donner lieu à des méprises aux conséquences imprévisibles…..A ce niveau là, l’ art de prendre les gens pour des imbéciles, touche à la transcendance!…..Quand on sait tout ce que le tournage d’un film nécessite comme déploiement de matériel spécifique, on a peine à croire que les habitants d’un quartier puissent confondre une prise de vues avec une descente de police…..Tout au plus, on pourrait admettre que cela constitue une animation inattendue et propre à rompre monotonie du quotidien dans ces quartiers!…..Et moins traumatisante, en tous cas pour les habitants qu’une saisie d’huissier, une expulsion ou l’arrestation d’un sans papiers au petit matin!

 Face aux caméras de FR3, et pour justifier la décision de la Mairie d’Orléans, Monsieur Montillot à déclaré, en effet  » on ne saurait « impunément » envisager de déployer dans des quartiers sensibles des policiers factices arborant des uniformes et des insignes de police factices »!

A ce stade, je vous recommande de bien vouloir vous reporter à votre dictionnaire habituel et de vérifier la définition de l’adverbe « impunément »: vous devriez pouvoir y lire, tout comme moi:  » Sans subir ou sans encourir de punition; en toute impunité / sans s’exposer à des conséquences fâcheuses, à des inconvénients »…Et bien voilà, et du même coup tout se trouve dit de l’interprétation que l’on peut donner aux propos de Monsieur Montillot !…

Il s’agit donc bien d’une menace de répression autoritaire!

La levée de boucliers qui s’en est suivie et en particulier de la part des instances Régionales qui avaient financé ce court métrage à hauteur de 40000€ est parfaitement justifiée, dès lors qu’elle fait valoir que ce n’est pas cette décision qui va permettre à notre Ville de se débarasser de son image un peu étriquée de Capitale Régionale et endormie dans ses traditions plutôt Moyen Âgeuses….Pas de quoi rayonner véritablement, face aux enjeux du Siècle !…..Bien sûr que tout cela correspond plutôt bien au Mythe de Jeanne d’Arc que l’on célèbre le 8 mai de chaque année, mais enfin il faut bien admettre que tout comme le Père Noël de 25 Décembre….Tout celà reste un peu saisonnier….De même qu’il y a toujours de la morte saison dans la vente des cocardes du 14 Juillet ou du muguet le 1°Mai, de la même façon, il faut bien admettre qu’il n’y a guère qu’un seul jour par an où la Nation tourne son regard vers  Orléans!….L’Entente  a bien essayé dans le domaine du basket, mais il semble que l’on ait du mal à passer des victoires en alternatif à la Gloire en continu !  

Pour ce qui est de la liberté d’expression, nous avons bien compris que la tendance reste toujours dans notre ville, d’encourager le politiquement correct à se transformer en chimiquement pur et inaltérable….Cette forme d’alchimie idéologique qui bouillonne au creux de l’athanor municipal autour duquel un Florent Montillot sautille pour chasser les démons de l’opposition ou les tenants des valeurs républicaines, voilà en tous cas un joli motif de vitrail pour le jour où l’on voudra donner un coup de neuf à ceux de l’Hôtel Groslot!  

Il ne semble pas toutefois qu’il en ait toujours été ainsi, si l’on se souvient du film « Police Python 357 » d’Alain Corneau, qui vit naguère Yves Montand en flic un peu marginal (mais flic quand même) se promener Rue Royale avec son pétard et finir par transformer le parking de Carrefour à Saran en véritable champ de tir ! Il ne semble pas que ce tournage ait à l’époque provoqué de troubles dans la population….Même avec des flics factices et des balles à blanc!

S’il fallait suivre le raisonnement de Monsieur Montillot, sans doute ne pourrions nous pas nous aujourd’hui nous emmerveiller encore ou nous émouvoir à la vue de certains de nos plus grands de nos films: « Adieu Poulet » et l’inoubliable dialogue entre Patrick Dewaere et Lino Ventura n’existerait pas, tous comme les « Cinq Dernières Minutes » de Raymond Souplex, « l’Inspecteur Maigret » de Bruno Cremer, Roger Hanin dans « Navarro » ou même « Louis La Brocante » avec Armand Lanoux auraient dû rester dans la boîte pour cause de « policiers factices » !…..Et encore, je vous fais cadeau de Bernard Tapie dans le rôle du « Commissaire Valence », parce qu’à ce niveau là, on est plutôt dans le domaine de la provocation que dans celui de la fiction !….On se demande même si les Gendarmes de Saint Trop’ auraient pu être tournés sur les bords de Loire si le scénario l’avait prévu !…..

Si l’on ajoute à celà la difficulté que l’on peut éprouver, même quand nous nous retrouvons nous mêmes en face d’un véritable policier, pour opérer un tri entre les bons (car il y en a), les ripoux et les fantoches! On comprend bien alors qu’en y ajoutant les « factices », Monsieur Montillot n’aura pas contribué à simplifier le problème !

Le film, quant à lui se  terminera à Tours où à Blois, les policiers « factices » n’auront pas contibué à éffaroucher les habitants des Blossières…..Il ne restera plus qu’à  rassurer les Orléanais quand ils verront arriver ceux de Monsieur Montillot auxquels il arrive parfois d’avoir l’air d’être aussi vrais que des « factices » !

A propos chatdorleans

Orléanais
Cet article a été publié dans Actualités, Humeurs et Air du Temps, Municipales, politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour QUAND FLORENT MONTILLOT FAIT « SON CINEMA » !

  1. Circé dit :

    Bon, ben du coup, je m’emmêle lamentablement les crayons ou les touches du clavier,.
    Du coup à Orléans, qui sont les vrais, qui sont les faux ?
    Ah, la police municipale a tous les traits d’une grande, le matériel d’une grande, en jette comme une grande mais finalement n’est qu’un ersatz et c’est pour cela que certains d’entre eux ( heureusement pas tous…) se comportent comme des cows boys de bas étage, notamment à proximité des feux rouges où d’un seul coup d’un seul il y a urgence ?
    Ai-je tout bien compris ?

    J’aime

  2. Merci pour ces rappels cinématographiques…

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s