LE CHAT VOUS L’AVAIT BIEN DIT QUE CA ARRIVERAIT UN JOUR !

C’est à propos du débarquement sur les plages de Bonifacio de 124 réfugiés venus s’échouer sur nos côtes que je me suis souvenu de vous avoir déjà évoqué ce qui n’était alors qu’une fiction et qui se retrouve aujourd’hui être une réalité et sans doute le premier épisode d’un fait à inscrire dans la tendance inévitable des flux migratoires à venir vers l’Europe, la France se trouvant bien entendu aux premières loges, tant du fait de sa position géographique que des liens qui se seront tissés au fil de son Histoire avec tous les Pays concernés ……
Cet article a été publié sur ce site il y a tout juste un an le 14.01.2009 sous le titre  » Songe d’une Nuit d’Hiver entre Paris Orléans »….Replantons le décor et resituons l’action!
Ce jour là à L’Elysée le Président était à la veille d’une visite à Orléans, la perspective ne l’emballait pas: souvenez vous, nos poubelles débordantes encombraient nos trottoirs  sous l’effet de la grève des éboueurs et Monsieur Lemaignen n’en finissait pas de plaider sa propre cause: à décharge comme il se doit !
J’imaginai donc la soirée du Président dans l’attente de sa visite au milieu des montagnes d’immondices ligériens et  sombrant finalement dans un cauchemar qui aujourd’hui vient de connaître un semblant de réalisation à l’occasion du « débarquement de Bonifacio » !

 

 » Ce soir là le Président se sentait bien seul »
 Ecartant le rideau de son bureau, il jeta un regard sur le Parc de L’Elysée, dans la pénombre, il discernait tout au fond là bas la Grille du Coq par laquelle il lui arrivait de s’échapper lorsqu’il désirait éviter la foule et les journalistes….au delà c’était la Ville…plus loin encore c’était le Fouquet’s, et puis Neuilly…l’Île de la Jatte …Enfin tout un Passé, déjà lointain, et qui lui permettait néanmoins et tout en s’amusant de représenter encore une certaine forme d’Avenir…alors que pour le moment c’était bien le Présent qui continuait à lui filer entre les doigts ….
«   Putain…3 heures !  » La voix du Président venait de rompre le silence de cette nuit d’hiver.
Tournant les pages de son agenda il marmonna…  » Et demain c’est quoi ?….Orléans !…La Sécurité, l’Immigration Clandestine ! Bah il manquait plus que ça : à peine 4 heures à dormir ! Rendez vous à 9 heures avec Alliot Marie , Rachida Dati tout ça pour retrouver Grouard et son orchestre ….Au fait qu’est ce que va veut dire son SMS d’hier soir : «  excuse moi pour le ménage  »…Bah, on verra bien !….
Il sortit de son bureau et regagna sa chambre. La journée aurait pu s’arrêter là, hélas ! le destin des grands hommes les empêche aussi d’avoir les mêmes nuits que les autres : Clara dormait profondément  , et il n’allait quand même pas la réveiller à cette heure là pour lui demander de l’accompagner toute à l’heure : Paris valait bien une Messe et même une visite au Vatican, mais Orléans ne valait sûrement pas une corvée pareille
malgré Jeanne d’Arc…. C’est qu’en effet, la «  Poubelle  » Fille du Monde ne peut finalement donner que ce qu’elle a !….
Après avoir feuilleté d’un œil distrait la dernière BD de «  Pif le Chien  » qui traînait coincé entre un exemplaire de la Constitution de la V° République et un autre de la «  Politique pour les Nuls  » dédicacé par l’auteur, il ferma les yeux et éteignit la lumière.
Mais il était dit que ça ne s’arrêterait pas là !
A 5 heures 29, le Président se redressa sur son lit, il était en sueur, son cœur palpitait, il venait de faire un rêve, ou plutôt un cauchemar !
Ils arrivaient ! Ils étaient partout ! Il y en avait tellement !
Au large du Lavandou et jusqu’à Cavalaire, des milliers de barques de barges, de radeaux et d’embarcations de toutes sortes et de toutes tailles : voiles dehors, elles se rapprochaient de la côte portant chacune d’elles en leurs flancs et sur leurs ponts des centaines de milliers voire des millions d’hommes et de femmes de toutes origines et de toutes provenances !
Et puis elle débarquait, cette population sur ces plages qui seulement six mois auparavant rengorgeaient de corps repus et avides de bronzage et de farniente ! Et tout ça à une portée de sarbacane du Cap Nègre, sous le fenêtres de la maman de Carla et pas très loin de Brégançon !
C’était bien la peine d’en ramener 28000 par an à la frontière, si de l’autre côté il y en avait des millions d’autres pour transporter les frontières sur leurs épaules et jusque sur nos plages !
En tous cas, aujourd’hui ils arrivaient, eux : bronzés d’origine, ils étaient noirs, bleus, jaunes, ocres ou cuivrés, et surtout ils étaient pacifiques !
Tenant en leurs mains des palmes, des branches de roseau ou de bambou, des rameaux d’olivier ou des feuilles d’eucalyptus en guise de présents pour marquer leurs intentions amicales et débonnaires : mais enfin ils avaient débarqué….. Ils étaient là !
On avait bien prévenu la gendarmerie de Cogolin, mais ça ne répondait pas : la brigade complète était mobilisée cette nuit là à faire un contrôle d’alcoolémie à la sortie d’un concours de pétanque en salle sur la route de La Garde Freinet !
Et c’est comme ça que l’on rate ses rendez vous avec l’Histoire : jamais le Brigadier Escarteprunes (puisque les figues ont déjà été prises par Marcel Pagnol !) ne pourrait dire à ses enfants :  »  j’y étais !  ».
Le Préfet ayant été prévenu à Draguignan en référa au Ministre de L’intérieur qui elle même s’étant déclarée incompétente (ce n’était qu’une question d’habitude, d’ailleurs c’était elle même qui l’affirmait dans le message de son répondeur !) décida qu’il était urgent de ne rien faire et d’attendre.
Ce ne sont pas les quinze douaniers ni la demi douzaine de gardes côtes qui surveillaient le rivage de Saint-Raphaël à Toulon, plus habitués à verbaliser les excès de vitesse des pédalos qu’à contrôler des papiers qui pouvaient faire quoique ce soit !
Et puis le temps passait ; ils continuaient de débouler sur les plages : combien étaient ils ? Deux millions d’après les syndicats, une vingtaine d’après la police…comme d’habitude quoi !
Alors l’armée ? mais comment ? et surtout pourquoi ?
25 Divisions de Panzer qui contournent la Ligne Maginot en 1940 c’est une chose, mais 2 millions de mecs à moitié à poil sur une plage de la Côte d’Azur en Janvier 2009,ça ne peut pas se traiter de la même façon !
Surtout si l’envahisseur est poli, souriant, plutôt sympa et s’il commence par vous dire bonjour en agitant ses plantes vertes.
Pas une arme, pas un geste d’agressivité ni d’hostilité ; simplement ils s’étaient mis en rangs et maintenant ils avançaient, ils souriaient à nos paysages, aux collines de l’arrière pays et aux pinèdes. Il était six heures du matin, bientôt ils arriveraient au premier bourg où Baptistin allait avoir une drôle de surprise en ouvrant son bistrot et en préparant comme il en avait l’habitude le café du petit déjeuner avec le marc des expressos de la veille !
Dire qu’ils posaient un problème de par la situation qu’ils créaient n’était pas exact, en fait ils étaient eux mêmes «  le problème  » : leur nombre, leur attitude pacifique et même amicale : deux millions de sourires éclatants et provenant des rives du Zambèze jusqu’aux bords du Gange ; ce n’était pas un rouleau compresseur, mais plutôt comme un tapis qui se déroulait inexorablement et qui allait bientôt recouvrir les Marches de Provence, puis la vieille Gaule jusqu’à ensevelir l’ancienne Lutèce, les Pays d’Artois et la Plaine des Flandres !
Demain ils bousculeraient les marchés de Brignoles et de Saint Maximin sans se soucier des déviations situées sur la Nationale 7, puis ne jetant même pas un regard sur la colline Sainte Victoire chère à Cézanne, ils atteindraient Aix en Provence, traverseraient le Cours Mirabeau en toute méconnaissance de la magie de l’endroit : ah ! plaignons les, eux qui quitteront Aix sans même savoir ce que les calissons sont !
Puis ce serait Avignon, le temps d’atteindre Orange où ils ne respecteraient même pas le sens giratoire autour de l’Arc de Triomphe : le bordel je vous dis ! Plus haut encore, du côté de Bollène les vignobles de Gigondas et de Vacqueyras allaient être piétinés, par ignorance certes, mais sans rémission toutefois.
Puis la horde saccagerait tous les nougattiers de la région de Montélimar, traversant le Rhône, elle mettrait à sac les vignes des «  Côtes rôties  » qui du même coup se retrouveraient cuites pour l’éternité.
Et ainsi de suite jusqu’au Plateau de Gergovie, où ils organiseraient un gigantesque pique nique au pied de la statue de Vercingétorix.
D’ici là, tout se serait organisé : Mac-Do fournirait les Nuggets et les frites, pour tenter des les rendre obèses avant qu’ils n’arrivent à Notre Dame, tandis que la Croix Rouge leur distribuerait des couvertures en amiante afin qu’ils n’aient pas froid ! Le réflexe humanitaire fonctionnait, la France, pays d’accueil restait fidèle à ses traditions.
C’est à ce moment là que Nicolas Sarkozy se réveilla en sursaut et le front humide, il décrocha son téléphone pour demander à la Ministre de L’Intérieur si Paris était toujours en Zone Libre, puis posant un pied à terre il emmena sa babouche gauche jusqu’à la fenêtre ( la droite s’était égarée comme d’habitude !), il écarta le rideau, dehors il faisait encore nuit mais on pouvait percevoir les premiers bruissements d’une journée qui ne manquerait pas de commencer : ce n’était pas encore pour cette fois ci, mais enfin on l’avait une fois de plus échappé belle !
Jusqu’à quand ? il nota sur son agenda : «  nuit de merde, c’est encore moi tout seul qui ai du faire tout le boulot, décidément, je n’ai que des cons autour de moi, ça va chier au prochain Conseil !  »
Le petit déjeuner arriva dans les minutes qui suivirent avec la presse du jour et ses titres :
«  Chômage en Hausse 0,8%  »
«  Croissance en panne, Récession confirmée  »
«  Délocalisations Industrielles…ça s’accélère !  »
Décidément tout était normal, il n’y avait pas de raison de s’inquiéter.
Et il se refit une petite tartine !….

 

Au jourd’hui ce qui n était qu’un conte et un cauchemar a commencé de devenir une réalité et un problème…..Bien sûr ils ne sont que 124 et par encore des milliers mais la question qui se pose est identique: Et dans ce cas là qu’est ce qu’on fait?

Ces personnes sont les miraculés d’une aventure où ils auront pris tous les risques pour gagner un monde meilleur….Chacun de ces bateaux, de ces esquifs ou de ces radeaux est un « Exodus » et toutes nos Côtes Françaises ou Européennes deviennent alors des Terres Promises!

On comprend bien à l’occasion de cet évènement l’embarras du Gouvernement et autant dire du Président !…..N’ayant pas attendu l’ère Sarkozyenne pour devenir le Pays des Droits de L’Homme, nous n’imaginons même pas qu’ils puissent être rejetés à la mer, ni même ramenés à des frontières plutôt improbables puisqu’il doit s’agir dans le cas présent de Kurdes Irakiens ayant transité par la Syrie!

A 124, il semble que nous n’ayons aucune autre  solution que de leur accorder asile….s’il advenait que le phénomène prenne de l’ampleur, comme le laisse entendre mon petit récit, je ne pense pas non plus que nous pourrions faire autre chose et d’ailleurs en aurions nous le choix?

Autant dire que dans ces conditions le Débat sur l’Identité Nationale de Monsieur Besson a du plomb dans l’aile, mais de cela nous nous en doutions déjà un peu…..La barque  sur laquelle rament Brice Hortefeux et Eric Besson vient de se faire doubler au large de Bonifacio par un rafiot pourri mais qui avait la force de l’Espoir !….  

        

A propos chatdorleans

Orléanais
Cet article a été publié dans Actualités, Humeurs et Air du Temps, politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour LE CHAT VOUS L’AVAIT BIEN DIT QUE CA ARRIVERAIT UN JOUR !

  1. Yves Pasco dit :

    « A 124, il semble que nous n’ayons aucune autre solution que de leur accorder asile…. »
    Eh bien, le sinistre Besson a trouvé autre chose : les séparer, les isoler et les parquer dans plusieurs centres de rétention « adaptés pour accueillir des familles » !!! Et après ? Ben, on n’aura qu’à les envoyer en Afghanistan, c’est une zone sûre et ça fera marcher le tourisme local !
    Heureusement que je suis Breton, ça me dispense de penser que je suis Français quand j’ai si honte !!!

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s