FINANCEMENT DES RETRAITES ET DE LA SECURITE SOCIALE: 1°/ ETAT DES LIEUX

C’est qu’en effet il semble bien que sur ces sujets de première importance , nos « responsables » ressemblent aux malheureux  grognards de la Retraite de Russie: puis ils avancent plus ils semblent s’embourber!…. On peut  même penser que l’angoisse commence à les gagner et que dans ce climat anxiogène, l’état de panique ne soit plus très loin…..

Les chiffres les plus fous sont avancés….1000 milliards d’économies à réaliser sur le budget dans les années à venir (aussitôt convertis en 4000 rames de TGV pour mieux frapper les imaginations!).

Du rabotage des niches fiscales jusqu’ à l’augmentation débridée des impôts en passant par les coups de sabre dans les budgets sociaux ( Aide au Logement ou RSA) il semble bien effectivement que plus rien ne soit désormais tabou et que de partout fusent les idées les plus surréalistes et même les plus irresponsables…..

A cet égard, l’exemple vient de haut, puisque le Président lui même, bientôt suivis des Ministres concernés semblent parfois manquer de sang froid et même céder à la peur avec le risque de nous la communiquer….

Le financement des Retraites et de la Sécurité Sociale…..Voici en tous cas des patates chaudes auxquelles personne n’aura osé toucher jusqu’à aujourd’hui, où elles sont devenues carrément brûlantes……Et pourtant depuis plusieurs décades, la situation que nous vivons était prévisible puisqu’il suffit de compter la population à n’importe quel moment pour prévoir à peu de chose près le nombre de citoyens qui seront là 30 ou 40 ans plus tard et qu’il faudra soigner ou accompagner jusqu’à leur disparition…..Certaines variables d’ajustement économiques ou politiques peuvent venir interférer (immigration, mondialisation, évolution des techniques) dans l’intervalle, mais tout cela peut être géré à condition d’avoir précédemment esquissé les évolutions prévisibles de la Société.

Aucune majorité au Pouvoir depuis les années 60 n’aura sorti ce dossier des tiroirs….Aujourd’hui il explose et avec une force d’autant plus redoutable, que cela se produit à cause ou à l’occasion d’une tempête économique et financière de première grandeur.

Cette semaine en tous cas aura été marquée par un faisceau de déclarations et d’expression d’intentions dont la discordance et même l’irresponsabilité sont presque à ranger au niveau d’une tentative de trouble à l’Ordre Public……Involontaire, n’en doutons pas, mais effective néanmoins!

Monsieur Jean Arthuis, ancien Ministre des Finances dans le Gouvernement Juppé se prononce pour une augmentation massive des impôts…..C’est sa marotte depuis toujours, nous le savions, mais tout de même…..Ce n’est peut être pas le moment qu’il nous pique sa crise!

Madame Bachelot prépare un nouveau passage au tamis des remboursements de la Sécurité Sociale.

Le Président demande à ses Ministres de réduire les frais de fonctionnement de leurs Ministères…..Luc Chatel obtempère en promettant de remplacer les fleurs naturelles du Ministère de l’Education par des plantations artificielles!…..Ne vaudrait il pas mieux remplacer les Ministres Factices par des Responsables naturels mais compétents!…..

A gauche, c’est une Association qui se qualifie elle même « d’indépendante et progressiste »: « Terra Nova »  qui avance l’idée de faire payer les retraites par les retraités….Ah les salauds de retraités!….Dans la foulée la télé remet le couvert en nous bombardant des images de retraités en goguette et passant de la « Danse des Canards » à la « Chenille » pour finir par « Allez viens faire un P’tit tour à la Maison »…….Juste de quoi faire passer l’idée que les Retraités se bourrent la gueule aux frais de la Jeunesse et des Adultes qui triment……Un peu réducteur quand même !

Cette image des retraités plutôt confortables remonte effectivement à une vingtaine d’années….Au fil du temps les retraites génereuses sont devenues des retraites juste décentes, et au rythme des non revalorisations annuelles ( 0,70% en 2010), l’évolution risque bien de les ramener toutes à des retraites seulement vitales, sans parler de celles qui sont d’ores et déjà des retraites de misère!…..

Pour l’heure, la consommation des retraités, même si elle est en diminution ( mais il est vrai que les besoins diminuent naturellement quand l’âge avance) reste un facteur essentiel dans le maintien de l’indice de la Consommation et par voie de conséquence de la Croissance……Par ailleurs de plus en plus de Retraités consacrent une part de leur revenus à aider leurs enfants et même leurs petits enfants qui peuvent ainsi profiter des dernieres braises finissantes des 30 Glorieuses que leurs Grands Parents auront pu préserver pour eux……

Sur tous ces points cruciaux quant à l’avenir de notre Société, il semble bien que les idées soient à ce jour au point mort…..On pourrait même penser que ceux qui sont en charge de ces problèmes n’y croient plus eux même et n’aient plus rien d’autre à nous promettre que « Du sang et des larmes »….  

On peut être même surpris de voir à quel point des solutions contradictoires sont prises à quelques mois d’intervalle……Il y a un peu plus d’un an et pour faire face à la Crise, on nous proposait rien de moins qu’un Plan de Relance qui a eu pour effet de déclencher immédiatement des dépenses prévues à l’horizon de plusieurs années…..Monsieur Devedjian fût même nommé Ministre de la Relance…..Où en sommes nous?…..De Relance il semble bien qu’il n’en soit plus question…Monsieur Devedjian va t’il être muté en Ministre de la Récession……Voilà en tous cas le prototype de contradictions qui témoigne de l’embarras de nos dirigeants…..

Ce billet, comme son nom l’indique ne visait qu’à faire un « état des lieux » …..Pour le reste il m’est apparu qu’il y avait peut être une piste à explorer en matière de Financement des Retraites et des Organismes Sociaux…..Afin de mettre de mon côté le minimum de chances de ne pas dire de trop grosses bêtises, je veux m’imposer encore quelques heures de réflexion avant de vous en parler dans un prochain article.

Il ne saurait s’agir de fantasmer sur des prélèvements qui viendraient encore alourdir ceux qui ont déjà leur compte, il ne peut être question non plus d’imaginer des montagnes d’argent cachées dans je ne sais quel Eldorado (N’est pas Toni Musulin qui veut!)…..Non tout simplement, il me semble que l’on pourrait quelque peu corriger les effets de certaines mutations de nos Services et de nos Entreprises intervenues dans les dernières années et de répartir autrement certaines de leurs conséquences……On s’en reparle prochainement si vous le voulez bien!

A propos chatdorleans

Orléanais
Cet article a été publié dans Actualités, Humeurs et Air du Temps, politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour FINANCEMENT DES RETRAITES ET DE LA SECURITE SOCIALE: 1°/ ETAT DES LIEUX

  1. minijack dit :

    Pour ce qui est de l’état des lieux, c’est assez facile de le faire.
    Il est évident que les 30 glorieuses ont donné à la génération soixante-huitarde le sentiment d’une vie facile où il suffisait de spéculer sur l’avenir pour gagner de l’argent en laissant le marché faire à votre place.
    C’est ainsi que la valeur d’un même m² d’immobilier a été multipliée par 10 (en valeur absolue) entre les années 1980 et l’avant crise de 2007.

    Là où un couple pouvait devenir propriétaire de son logement en consacrant seulement 1/3 de son revenu mensuel au remboursement d’un crédit sur 15 ans, il lui faut maintenant envisager un endettement sur 30 voire 40 ans pour acheter la même chose en y consacrant la moitié de ses revenus ! Un salaire sur deux !

    Est-ce à dire que le Pouvoir d’achat aurait baissé ?
    Non non, nous assurent hypocritement les économistes et gouvernementaux de tous horizons politiques ! (de tous, parce tous les bords politiques ont prêté la main à cette spéculation effrénée). La preuve, regardez ! Presque tous les foyers sont aujourd’hui équipés du dernier écran plasma, du tout dernier modèle de téléphone portable, et ils ne s’encombrent même plus de faire la cuisine mais achètent des plats préparés…

    Sauf que s’ils ne font plus la cuisine c’est précisément par manque de temps pour la faire, parce que (sauf chez les chômeurs) la maman bosse elle aussi jusqu’à pas d’heure… heureusement que les gosses sont gardés par la grand-mère à défaut de places de crèches suffisantes. Tout ça pour pouvoir payer, non pas l’entrecôte comme dans la chanson misérabiliste des années 60, mais juste pour un toit sur la tête, le loyer ou les remboursements d’emprunt!

    Quand les parents ne sont plus à la maison, ou divorcés parce que le stress les a rendus invivables, les gosses plus grands finissent par aller traîner dans la rue avec n’importe qui, et il s’ensuit d’autres complications…

    Je suis donc très impatient de connaître la solution dont le chat aurait la clé…

    A mon avis, il n’y en a pas d’autre que casser la spéculation, immobilière notamment, entretenue depuis trente ou quarante ans sur le logement en « organisant » sa rareté.

    On dit qu’en France quand le Bâtiment va, tout va…
    C’est faux ! Ce n’est pas la Construction qui fait marcher la France. C’est précisément quand le marché est équilibré, demande et offre ajustées, qu’il y a des toits en nombre suffisant pour tout le monde et à des prix abordables, que la France va bien.
    La Construction doit « accompagner » la croissance démographique, pas la suivre avec des années de retard ni l’anticiper, car tout décalage provoque des « coups d’accordéon » mis à profit (voire orchestrés) par des requins qui savent aussi bien spéculer à la hausse qu’à la baisse.

    Nous devons faire baisser les prix de l’immobilier en refusant d’acheter aux tarifs proposés, en faisant systématiquement des contre-propositions.
    Devant le marasme actuel, les banquiers commencent à supplier leurs clients d’emprunter à des taux jamais vus !
    Il faut continuer. Et tant pis pour ceux qui, innocemment ou pas, ont acquis de l’immobilier depuis trente ans en espérant faire des plus-values injustifiées.

    Selon l’INSEE, organe officiel d’établissement de l’indice des prix à la consommation (IPC), ce dernier aurait augmenté de 2% durant les douze derniers mois, augmentation essentiellement due à la facture énergétique.
    Mais si l’on prend ces trente dernières années, on voit clairement que si l’énergie est responsable d’une part importante de cette augmentation (http://www.insee.fr/fr/themes/indicateur.asp?id=29), le logement a pris le reste, et pas seulement depuis douze mois ! (indice de la Construction en 1979 :502, et en 2009 : 1502 ! http://www.insee.fr/fr/indicateurs/indic_conj/donnees/historique_icc.pdf)

    Il m’a été impossible de trouver des statistiques sur trente ans concernant l’énergie, mais contrairement à ce qu’on nous raconte, celle-ci n’a que peu augmenté en valeur relative depuis trente ans, car on la paie en US$ et à l’époque le dollar valait deux fois plus que son cours actuel face au Franc puis à l’Euro.
    Par contre, le loyer, qui se paie tous les mois en monnaie bien de chez nous, a été lui multiplié par trois !
    En valeur relative, les revenus ont-ils suivi ? Là est toute la question…

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s