COMME UN « CHAT » DANS LA GORGE !……

Ca m’apprendra à m’approcher de trop près de la Politique!….Je conserve mes convictions et j’apporterai tout mon soutien au candidat que j’ai choisi à l’occasion des cantonales, mes engagements seront tenus et j’irai même jusqu’à continuer à commenter comme je l’ai toujours fait les différentes pérégrinations qui ne manqueront pas de se produire d’ici la fin Mars…..

Je ne veux que solder les comptes de cet article publié sur ce même site le 17 Janvier 2011,  et qui dans sa version imprimée aura causé un véritable maelström politique à Clochermerle sur Loire, alias Orléans…..La question du fond n’étant pas de mon ressort dans cette affaire, je ne chercherai donc ici qu’à justifier la forme du texte dont je suis bien évidemment l’auteur et que l’on me jette à la figure depuis bientôt deux semaines : vulgaire, grossier, déplacé et j’en passe….

Sans doute, et ainsi que me l’a dit une amie: « Ce papier n’est pas le meilleur que tu aies écrit ! »…..Après tout , le fait d’avoir du mal à être l’égal de soi même est il sans doute moins grave que de chercher éternellement à rattraper  les autres !……

Voici donc la revue de détail des mots et expressions qui me sont reprochés, avec mes justifications et dans l’ordre de leur entrée en scène……Si j’ose dire !

Voyons d’abord cette histoire d’ électeurs putatifs !…..Putatif…..Quel drôle de mot!….Et qui signifie en fait  » un titre, une qualité invoqué par une personne qui croit à son existence alors qu’en réalité il n’existe pas »…..Rapporté aux passants à qui l’on remet un tract, l’adjectif m’apparaît plutôt justifié…Non?…..

Putatif….C’est un peu comme concupiscence, consensus, concubin (qui n’a rien à voir avec un imbécile de La Havane), en fait ce sont  des mots  que les Académiciens du Quai Conti, en vieux farceurs qu’ils étaient auront jeté sur notre passage et dans nos dictionnaires depuis le XVII° siècle afin que nos bas instincts, à coup sûr y convergent…..(Tiens celui là, je l’avais oublié) …..Ces mots viennent égayer notre langage et nous faire nous souvenir que nous descendons de ce bon vieux coquin de Rabelais……Rabelais dont la devise « Fais ce que Doit » peut être elle même écrite autrement par tous ceux qui se laisseront aller à leurs mauvais penchants!…..Quant à l’évolution des esprits au fil du temps du « Français né Malin » cher à Boileau ?……Alors là et très franchement « Le doute m’habite » comme aurait ajouté mon jumeau Pierre Desproges. Malgré cela, le mot « putatif » m’aura été jeté maintes fois au visage en guise de reproche et d’anathème et y compris par des lecteurs qui n’étaient pas spécialement ni à Droite ni même au  Centre, mais qui  avaient naguère pris la défense de Stéphane Guillon que j’ai toujours considéré pour ma part comme un équarrisseur beaucoup plus que comme humoriste, et ceci même si je n’ai pas approuvé l’attitude de France Inter à son égard   !……Il y a vraiment des soirs où l’on se sent bien seul !

Il m’a été reproché, et c’est sans doute le « plat de résistance » de cette affaire, d’avoir utilisé les termes de « racolage passif et actif » dans ce texte…..Je n’ai employé ce mot qu’en me souvenant de la scène inoubliable et proche du grottesque jouée par Nicolas Sarkozy alors Ministre de l’Intérieur et qui depuis la Tribune de l’Assemblée Nationale présentait la Loi Sarkozy 2 sur la Sécurité  portant sur le racolage actif ou passif. Cette loi votée le 18 Mars 2003 fût appliquée dès le lendemain et elle incluait dans la notion de racolage, la prostitution bien sûr mais aussi la mendicité, la vente illicite sur la voie publique, les gens du voyage, les squatters  etc….. Cette Loi continue d’être attaquée aujourd’hui par les Associations sur beaucoup de ses aspects et notamment sur le thème d’une « Criminalisation de la Pauvreté »….. Vaste Programme!…..Voilà donc pourquoi, dans la foulée, le mot de racolage ( actif ou passif) en tant qu’opération plutôt inhabituelle ayant pris pour cadre la voie publique est passé sous ma plume….. Comme vous le constatez, c’est encore de la faute à, Nicolas !…  A la vérité, j’admets que ce mot n’apportait rien à ce billet et  que sans doute je ne l’emploierai plus dans un tel contexte plutôt sulfureux , convenons en…..Ce sont des choses qui arrivent et qu’il faut savoir reconnaître.

Tout le reste n’est qu’une Histoire…..Une sorte de Conte…..Une Fiction qui ne prétend à aucune vraisemblance…..

Reste pourtant le reproche que l’on m’a adressé, parce que Madame Cheradame est sage femme, d’avoir porté atteinte à l’honneur de sa profession puisque tout le restant de l’Histoire repose sur ce thème…..A remarquer que dans le dernier paragraphe aucun des protagonistes de l’Affaire n’est réellement épargné, pas même moi qui me décrit dans la peau du vieux Monsieur que je suis devenu désormais et à qui Madame Chéradame céderait sans doute sa place dans le bus…..

Non , je n’éprouve que de la considération pour les sages femmes autant que pour les infirmières…..Elles me l’ont largement rendu dans le cours de mon existence, l’une d’elles m’a donné ma fille, une autre m’aura conservé auprès d’elle quelques années…..Que du Bonheur!….. C’est d’une sage femme que j’ai sans doute reçu le premier sourire d’une femme….C’est sans doute une infirmière qui m’adressera mon dernier sourire féminin juste avant de me fermer les yeux ( N’oubliez pas de me retirer mes lunettes et d’éteindre mon téléphone portable!)…..En tout cas croyez bien que j’y pense de plus en plus souvent et que je m’intéresse déjà beaucoup plus aux promotions anticipées de Roc- eclerc qu’aux soldes de chez Prénatal…..Il y a un temps pour tout!….

Que la campagne des cantonales continue donc…..Je continuerai de soutenir mon candidat….Je souhaite que tout cela se déroule dans la transparence et la clarté….

Quant à Madame Chéradame, qu’elle veuille bien admettre qu’entre Chéradame et Chère Madame…..Il n’y a guère en guise de différence qu’une petite voyelle et une grande majuscule que je lui concède volontiers ici même….Puisse t’elle accepter cet hommage qui n’a plus rien à voir avec la politique !

Sur un plan beaucoup plus général , cette fois, j’aime à me souvenir d’une époque où une telle aventure n’aurait pas été possible….Je termine donc cette soirée en relisant un poème de Bernard Dimey qui fut mon ami juste avant qu’il nous laisse un  matin de l’été 1981 orphelins de lui sur la Place du Tertre à Montmartre….Tenez, juste le temps de vous en livrer les derniers mots…..Bien entendu , tout ceci n’est pas tout à fait un hasard….

« Intoxiqué très tôt par le besoin d’écrire

je me suis avancé parmi vous , pas à pas,

et l’on m’a regardé comme un énergumène

comme un Polichinelle au sifflet bien coupé

qui savait amuser son monde….

A la rigueur…..

le faire un peu sourire, le faire un peu pleurer

j’aurais pu devenir assez vite un virtuose mais le goût

m’est passé de parler dans le vent

Je ne dirai pas tout

J’ai le sang plein d’alcool, d’un alcool de colère

et je vais achever ma vie dans un bocal

comme un poisson chinois

peut être un coelacanthe….

J’aurai, j’en suis certain de l’intérêt plus tard

vous aurez des machines à faire parler les morts,

Je vous raconterai mes crimes et ma légende

et je vous offrirai des mensonges parfaits

que vous mettrez en vers, en musique, en images,

mais vous aurez beau faire

je ne dirai pas tout!

Je suis le descendant du vautour et du poulpe

mes ancêtres autrefois survolaient vos jardins

et sillonnaient vos mers

Je ne dirai pas tout….Tant de peine perdue!

On peut avoir à dix huit ans l’impérieux besoin d’aller

prêcher dans le désert

devant un auditoire de fantômes illettrés, de beaux

analphabètes ou de milliardaires courtois

ni plus ni moins idiots qu’un ouvrier d’usine

Mais l’âge m’est passé des sermons de ce genre

Je ne dirai pas tout !

Or tout me reste à dire. »

En m’excusant de vous avoir dérangé !

Bonne nuit à tous……….


A propos chatdorleans

Orléanais
Cet article a été publié dans actualité, Actualités, blogs, humeurs, Humeurs et Air du Temps, Justice, Municipales, politique, politique locale, Vie locale. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

14 commentaires pour COMME UN « CHAT » DANS LA GORGE !……

  1. Fansolo dit :

    Tu sais Jean-Paul, l’important n’est pas tant qui tu soutiens mais qui TE soutient.
    A ce propos sache que même si je ne comprends pas tout, tu peux compter sur le mien. Et il est indefectible.
    Tu as de nombreux admirateurs (et admiratrices !) dans le monde entier (en tout cas au-delà d’Orléans) qui n’ont pas attendu cette histoire pour te considérer comme un « sage-homme » !

    J’aime

  2. JCG58 dit :

    Bigre ! Cette affaire qui n’en est pas une mérite que l’on reprenne le titre de la pièce de Shakespeare : Beaucoup de bruit pour rien !
    Mon Chat de gouttières, ton papier était excellent, digne des 2 ânes, mille fois au dessus des séquences du « Petit Journal » qui amusent et font réfléchir la France entière chaque jour!
    Nous sommes à Orléans, le pays des pisses vinaigre qui jouent au sérieux pour cacher la vacuité de leurs propos ou le non sens de leurs actes.
    Que fait cette dame ici sur ce canton ? Elle tente d’avoir un petit lot de consolation ayant laissé sa place (je ne sais plus à qui) pour les régionales. Cela s’appelle « petits arrangements entre amis » et ce n’est pas sain pour le moins.
    Continue Matou ! Je pense que tu auras mis de ton côté ceux qui ont un peu de cervelle et de capacité de réflexion. Ce que les ânes ne te pardonneront pas, c’est la mise en évidence de leur inculture : tu penses bien que « putatif » est totalement étranger à leur pauvre vocabulaire.
    Je sais, pour avoir contribué à écrire parfois, que les gens n’aiment pas l’humour en politique : Lors des précédentes cantonales, le papier sur la « pataugeoire de luxe de Neuville aux Bois » avait ému, surtout qu’il y était suggéré de placer une éolienne dans le bureau de chaque élu UMP en raison du vent qu’ils faisaient avec leurs pseudo revendications écologiques.
    Pour en finir, je veux revenir sur le rôle de la presse :
    Et je commence par un propos liminaire sur ceux chargés chaque jour de faire un papier, une chronique (Guillon en fait partie). Payés pour faire de l’audience ou vendre du papier, ils sont astreints à l’extraordinaire : « Notre reporter était dans le bidet : il a tout vu ! », « Déçu par son chien, il en…. sa femme » disait Michel Blanc dans un film.
    Même si ces journalistes ont ri a gorge déployée à la lecture de ton papier, ce n’était pas dans leur fonction officielle de l’avouer, ni de dire qu’il y avait du fond dans tes propos.
    Soit il n’en parlaient pas, soit ils pensaient être de leur devoir de faire du sensationnel faisant une critique négative.
    Remercions les cependant, ils ont permis d’en parler, et d’en parler encore.
    Miaule, miaule et miaule encore, on en raffole, y compris les chattes (ils n’y a pas que « les chiens à Orléans » qui son devenus des « toutous à sa mémère », même élus).
    Une requête : et si pour l’amour de l’art tu nous faisait le même pour chaque canton renouvelable ? Cela mettrait un peu de piquant dans des élections qui n’intéresse pas grand monde. J’ai des sujets à te proposer : des élus qui disent « vert » et qui font « noir », qui ne respectent pas les règles de la démocratie.
    Vas y Chansonnier, fais nous pleurer, de tristesse pour certains, mais surtout de rire.

    J’aime

  3. Circé dit :

    Mon Cher Chat, Jean-Paul,

    Je crois que ce qui vous est reproché ici, finalement, est le passage de vos billets qui sont comme les miens plutôt confidentiels sur le net à celui du tract .
    Tract qui a « touché » comme vous l’avez constaté, plus de monde et qui ne vous connaisse que fort peu.

    Alors, il est bien facile effectivement de pousser des cris d’orfraie.

    Vous savez comme je n’hésite pas à vous dire combien parfois, certaines de vos réparties caustiques peuvent être drôles certes, mais pas très judicieuses.

    Comme celle il y a quelque temps où reprochant les idées politiques d’une certaine dame, vous aviez aussi raillé sa silhouette. Vous aviez immédiatement convenu qu’effectivement cela n’avait pas été très élégant et certainement pas approprié, et vous vous en étiez excusé. C’est une grande qualité que je vous reconnais.

    Ayant lu votre billet, je ne ressens pas d’attaque contre la profession de sage-femme, juste un parallèle entre deux fonctions, l’une élective, l’autre professionnelle.

    Pour ma part, si je dois réagir avec ce mot de racolage, qu’effectivement on n’accole plus qu’au mot prostitution, je dois dire que je suis plus scandalisée par une Mme Brunel qui lors des débats à l’Assemblée Nationale pour le vote de la loi contre les violences faites aux femmes, s’est servie de cette tribune pour préconiser la réouverture des maisons closes en les appelant « maisons ouvertes (sic) », plutôt que par vos propos.

    Je crois qu’en matière de prévention, de dignité, de respect, de défense des droits des femmes, il y avait vraiment beaucoup mieux à faire . Qu’en matière de propos déplacés, ceux-là, prononcés par une femme qui n’est même pas foutue de défendre la parité , sont d’un autre tonneau en matière de mépris .

    Alors, pour le reste « Honni soit qui mal y pense. »

    A très bientôt autour d’un pot et un repas entre véritables ami-e-s, avec celles et ceux qui sont à vos côtés. Je pense être l’une de celle-là .

    J’aime

  4. Bodard dit :

    Allez mon ami Jean-Paul,
    on va dire que c’est un dérapage contrôlé et vu la patinoire qui a crée le désordre à Orléans récemment,ton billet est une aimable péripétie.Tu incarnes la preuve que même vieillissant le matou retombe toujours sur ses pattes.
    Tu es encore vert Jean-Paul et bien vivant ,en tout cas bien plus que tous ces moutons qui suivent aveuglément le Berger Nicolas qui nous conduit à l’abattoir.
    Merci pour ta récente déclaration d’amour à mon endroit puisque tu m’as écrit »je t’aime tel. que….ect »

    Alors droit dans les yeux je te le dis « moi aussi, je t’aime… »
    Yves Bodard

    J’aime

  5. BCT dit :

    « Nous sommes à Orléans, le pays des pisses vinaigre ».
    Cher « Chat », continue à grimer nos concitoyen (nes)s. Nous méritons tous à un moment donné d’être décrits, comparés, moqués…même Grouard… E t si certains ne l’acceptent pas qu’ils aillent en Syrie, en Egypte ou en Corée du Nord, l’humour y est « national » et très confidentiel.

    J’aime

  6. minijack dit :

    Rien compris à ce règlement de compte. J’ai dû rater un épisode…
    De quel billet ou tract parle-t-on ?
    J’ai cherché sur tes billets antérieurs d’une semaine et je ne vois pas ce qui a déclenché cette tourmente de bons et mauvais mots. A propos de Cheradame notamment.
    Chat ou pas, il y a des sujets sur lesquels il vaut mieux ne pas s’étendre… ;c)

    J’aime

  7. Bodard dit :

    @Mini jakounet:Je ne sais pas comment laisser un message sur ton espace de parole, alors comme tu visites plus souvent celui de Jean-Paul que le tien je te laisse ma réaction:Moi je n’ai pas été invité à la table ronde de Sako-Qui ?et c’est normal je ne suis pas légitime pour débattre de prévention.
    J’ai travaillé 20 ans sur le quartier de La Source en tant que travailleur social et 10 ans éducateur de rue dans un service de prévention..spécialisée, j’ai parcouru plus de 15000 kilomètres sur le quartier,mis en place un lieu de vie de séjour de rupture et ouvert le foyer Horizon à la Source et aidé plus de 600 jeunes,j’ai été le président du comité de soutien de Michel Ricoud aux dernières cantonales avec le succès sans précédent que l’on sait(65°/° de suffrage) et je reste une figure « mythique » du quartier et je n’ai pas eu le droit de cité.Je reste aussi à vie,le président fondateur en 2005 de l’association Bébé plume qui s’occupe des enfants né prématurés,une première au niveau national et j’ai écris un bouquin « Banlieue de l’émeute à l’espoir » qui raconte mes tribulations d’éduc de rue à La Source.
    Qu’en déduire? Que je ne suis pas dans les petits papiers de Serge Grouard ou que je suis victime d’un déni de démocratie digne des pires dictatures.
    Ton faire-part?Je m’en serai torché le cul!!!!
    Amitiés à tes amis … censeurs!!!

    Yves Bodard

    J’aime

  8. jelaipa dit :

    racoler le putatif?
    Ce n’est pas l’inverse d’habitude?
    😉

    J’aime

  9. chatdorleans dit :

    @ jelaipa

    n’en rajoutons pas davantage…..On a déjà frisé la correctionnelle sur ce coup là…..Et cessons même de tourner autour du pot, sinon on risque encore de nous chercher des poux dans la tête…..

    J’aime

  10. GABRIELLE dit :

    Si MonChatChat s’arnache d’un JCG58 en guise d’un 44 magnum. Les politiques n’ont plus qu’à bien se tenir…

    J’aime

  11. Jean du MoDem dit :

    À minijack
    « Rien compris à ce règlement de compte. J’ai dû rater un épisode… ».
    Je sais que minijack lit La Rep’ avec retard, il s’agit d’un article du mercredi 2 février 2011, page 11.
    À Bodard
    minijack a été dernièrement un témoin « national », par hasard, de la prise d’otage à l’AgglO.

    Le journaliste de La Rep’, Philippe Ramond, dans cet excellent article politique de ce mercredi 2 février 2011 écrit: « Jean-Paul Morat, toujours vert, a la truculence joyeuse du chansonnier qu’il fut durant trente ans ». Il oublie de préciser et il le sait que Jean-Paul est le plus productif et le plus lu des blogs d’Orléans, qu’il participe régulièrement aux réunions politiques: conseils municipaux, RDB, le Grand Bûcher de France Bleu Orléans, etc.

    J’aime

  12. Ping : Flagrand délit de racolage politique | Un air de campagne,…

  13. Ping : Flagrant délit de racolage politique | Un air de campagne,…

  14. dame Lepion dit :

    Le procès en infamie dont vous fûtes le prévenu (je ne le découvre que maintenant, étant éloignée des affaires) m’a ébranlée jusque dans mon fondement. On a les séismes qu’on peut, heureusement j’étais loin de l’épicentre clochemerlien. Mais votre argumentaire aura remis les Torquemada de la bienséance à la juste place que vous leur supputâtes, celle du fond. Pour ma part, il m’a convaincue (je fais gaffe tant que je puis, mais la richesse de la langue est telle que je trébuche dans sa luxuriance).
    Permettez-moi de me couler dans le sillage de JCG58 pour solliciter de votre bienveillance une recrudescence d’écrits décents, quand bien même impudemment culottés. Et par exemple, en hommage à Bernard Dimey, vous pourriez peut-être nous parodier Sarko sur l’air de Frédo…
    Allez, je vous embrasse. Courage.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s