BREVES DE COULOIRS ORLEANAISES….

C’est la lecture d la Tribune d’Orléans du 29 Mars 2012 qui m’a fourni l’occasion de revenir sur ce désormais fameux Conseil Municipal de Vendredi dernier….

L’affaire est d’importance si l’on se réfère à cet article:

Monsieur Tahar Ben Chaabane s’est il donc permis de mettre la main au CUCS devant tout le monde?…J’étais moi même dans les tribunes réservées au Public au moment où le « forfait » aurait été commis et cela m’aurait il donc échappé ?….

Je me suis donc rendu sur l’enregistrement vidéo de la séance et à cette délibération n° 6 présentée par Madame Baranger et qui concernait le Bilan 2011 du  » Contrat Urbain de Cohésion Sociale » (CUCS)…..

A la minute 42,25 effectivement se situe l’intervention de Monsieur Tahar Ben Chaabane dont je vous rapporte ici la transcription fidèle:

« L’Etat participe d’une main, au CUCS et de l’autre côté on assiste à une dégradation du Service Public de l’Education »

Et plus loin en termes de conclusion:

« J’ai du mal à comprendre un Etat qui d’une main abonde le CUCS et qui de l’autre pénalise et paupérise l’Ecole de la Première Chance. »

Et c’est effectivement cette dernière phrase qui a déclenché quelques applaudissements de la part de l’Opposition, et qui auront effectivement provoqué une réaction de mauvaise humeur de Monsieur le Maire…..

Pour avoir été suffisamment (Et encore aujourd’hui ) taxé de malice voire même parfois de mauvaise foi dans l’art d’interpréter les paroles d’autrui , il me semble pourtant que dans le cas qui nous occupe ici, rien ne permette de penser que Monsieur Tahar Ben Chaabane ait voulu ni par opportunité faire un bon mot qui eût été au demeurant discutable, ni même  par inadvertance qu’il soit tombé dans un piège qu’aurait pu lui tendre les facéties de la syntaxe de la rhétorique ou même du vocabulaire…..Après tout il ne s’agit guère que d’une question de sigle et d’initiales !….

Pour le reste, il suffit de respirer là où il faut et de respecter la ponctuation des déclarations  de Monsieur Tahar Ben Chaabane, tel qu’il l’a fait lui même en l’énonçant pour retirer à cet article de la Tribune toute signification et tout à propos…..Une histoire de CUCS sans « fondement » en quelque sorte !……

D’autant qu’il semble que la « Tribune » soit particulièrement ,sélective dans le choix des bons mots qu’elle rapporte ……A propos du débat sur l’élargissement de la Rue des Carmes,  à la page 5 du même numéro, elle énumère maints intervenants et  oublie totalement d’évoquer ce qui fut tout de même le mot de la soirée …..Ce terme « d’empapahouté » prononcé par Madame Brigitte Ricard….

Vous le retrouverez sur ce même enregistrement de la séance du 23 Mars, après très précisément 1h 44 minutes18 secondes de débat ….

Précédé d’une déclaration liminaire où elle nous précise qu’elle va nous livrer quelques « idées sorties de son petit cerveau » …..Elle finit donc par prononcer le mot « d’empapahouté »  en s’empressant d’ajouter qu’elle ne sait pas comment il s’écrit, ni même s’il figure dans le dictionnaire !….

Pour la bonne gouverne de cette dame, je précise qu’effectivement n’étant pas dans le dictionnaire ce mot n’a donc pas vocation ni à être dit, ni à  être écrit….Madame Ricard nous l’a donc dit comme il se prononce, elle aurait pu tout aussi bien nous le murmurer comme il s’enfile ou même nous le susurrer comme il s’épèle…..Mais de cela la « Tribune » n’a  pas parlé….

Et pourtant si nous devions mettre en parallèle les prétendus mots allusifs de Monsieur Tahar Ben Chabaane tels qu’ils n’existent pas, avec le privautés même involontaires bien que fort maladroites de Madame Brigitte Ricard…..

Ah s’il fallait mon CUCS, vivre de tels outrages

Puisse se faire qu’une main seule vienne pour s’y poser

Il ne manquerait plus qu’aujourd’hui qu’à mon âge

Ce soit vous, Madame qui  « m’empapahoutassiez » !

Autre moment de surprise à la lecture de cette vidéo, lorsqu’à la 40° minute j’ai entendu Monsieur Montillot  parler, et toujours à propos du CUCS des diminutions « putatives » des crédits alloués……Putatif !….Putatives!….Que de souvenirs surgissent en cet instant dans ma mémoire au souvenir des réactions violentes de la part de certains que m’avaient valu ce mot employé dans un texte qui avait fait grand bruit……Putatif!….Putatives!…..Et tout cela comme s’il pouvait y avoir un rapport entre cet adjectif qui sous tend une idée d’hypothétique et même d’improbable avec les relations de Monsieur Dominique Strauss Kahn !….

Quoiqu’il en soit je remercie Monsieur Montillot d’avoir levé cette hypothèque dont je peux penser qu’elle devait encore peser sur moi de la part de certain(e)s…..Je reconnais quant à moi à Monsieur Montillot, et au delà de tout ce qui nous sépare par ailleurs, un art tout à fait remarquable dans l’art de manier la langue…..Voici en tous cas une « Putative » qui dans sa bouche et à mon endroit comporte un arrière goût de lever de garde à vue !…..

Monsieur Montillot, qui depuis quelque jours semble pourtant avoir beaucoup de soucis en raison de ce crime de sang survenu à La Source et qui résonne mal un mois après qu’il ait présenté un bilan plutôt rassurant en ce qui concerne la Sécurité dans la Ville d’Orléans…. » C’est le premier mort par crime sur la voie publique depuis 9 ans » proclame t’il !…..

Question subsidiaire: Combien faudra t’il de crimes et d’assassinats pour que le Bilan de Sécurité de Monsieur Montillot puisse être sinon contesté du moins remis en question ?

Vous êtes tous priés d’envoyer vos avis et vos réponses à la « Tribune d’Orléans » dont nous ne doutons pas qu’elle saura y faire écho….

« La Tribune d’Orléans »…..Le journal gratuit où le lecteur est sûr d’en avoir pour son argent!

A propos chatdorleans

Orléanais
Cet article a été publié dans actualité, Actualités, blogs, humeurs, Humeurs et Air du Temps, Municipales, politique, politique locale, Vie locale. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour BREVES DE COULOIRS ORLEANAISES….

  1. minijack dit :

    Eh oui, il faut faire très attention non seulement à ce qu’on dit, mais à la manière dont on le dit… La virgule a sa raison d’être jusqu’au fond des cabinets d’adjoints, car la langue française peut être parfois râpeuse, parfois dérapeuse, surtout lorsqu’on parle de CUCS.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s