CHARLES TRENET : « LE FOU 100 ANS ! « 

Ce titre en forme de jeu de mots est effectivement de lui, lorsqu’il exprimait son désir de boucler son  siècle !…..

C’est en effet le 18 Mai 1913 que Charles Trenet venait au monde dans sa bonne vieille ville de Narbonne, là où il est revenu reposer pour toujours après le 19 Février 2011….87 ans plus tard….

Restent plus de 1000 chansons dont chacune peut correspondre à tous les moments de  nos existences qu’il s’agisse de nous enthousiasmer, de rêver, de nous interroger , ou tout simplement de nous souvenir….

Que l’on se préoccupe de ne pas « Chercher dans les Pianos ce qu’il n’y a pas  » , de se forger une « Philosophie » ou même de se construire un « Jardin Extraordinaire » il y a toujours, et à tout instant une chanson de Trenet pour sa propre voix et en accord avec son âme du moment…Qu’il s’agisse d’accompagner une Joie , d’exalter un Bonheur, de bercer une Tristesse ou même de traverser une Epreuve….

Nous savons tous où se trouve notre « Vieux Piano de la Plage » quelque part dans nos souvenirs de vacances…Et même le  ‘Vieux Ciné  » à une existence dans nos mémoires dans un village ou une bourgade… Nous avons tous connu une « Mam’zelle Clio » avec laquelle nous avons toujours rêvé de retourner dormir « En tirant les poils du petit cocu qui veille ! »

Il y a toujours un peu et parfois même beaucoup de Charles Trenet dans nos existences….Que l’on se prenne à fredonner « La Mer » en regardant Thalassa à la Télé, que l’on se surprenne à siffler la « Java du Diable ou même à se demander « Où sont ils donc? » en pensant aux « Vieux Rivages » disparus…. Et c’est encore et toujours une chanson de Trenet qui nous interpelle…

Hors de question de vous infliger une biographie de Charles Trenet et qui de toute façon ne saurait être exhaustive (Il y a déjà suffisamment de nécrophages professionnels pour lesquels ce genre d’ouvrages constitue une sorte de rente permanente…) …

Tout simplement de tenter de vous faire partager quelques émotions au travers de  l’oeuvre de ce petit Narbonnais dont Brel lui même dira bien plus tard que « Sans lui nous serions tous restés des experts comptables »

découvertecharles-trenet

Il est reconnu très vite par Albert Bausil, poète Catalan et qui sera à l’origine de sa carrière, notamment en lui faisant connaître Johnny Hess avec lequel il formera un duo qui tiendra toutes ses promesses dans la nouvelle mode de la Chanson Swing…..Plus tard, le « Petit Charles » devenu Trenet participera à faire tomber définitivement le rideau rouge sur les chansons réalistes ou larmoyantes qui jusque là tenaient le haut de l’affiche!

Très vite il monte à Paris où il se retrouve mêlé au  monde d’André Breton et dans la mouvance de son Mouvement Surréaliste…Nous étions alors en 1936 et il est admis dans le cercle privilégié où il est d’emblée reconnu par des personnalités telles que Jean Cocteau, Antonin Artaud, Marcel Pagnol et Max Jacob…..

trenet_pagnol_cocteau

C’est sans doute la mode du surréalisme qui lui aura permis de faire que le « Soleil ait rendez vous avec la Lune » ou que le facteur saute la Seine à pieds joints dans « Y a de la joie! »….Mais après tout pourquoi pas ?

Le temps de triompher de la façon la plus imprévisible à l’ABC en 1938….Et il trouve sa silhouette devenue familière et qu »il gardera jusqu’au bout de sa carrière….Le chapeau de feutre et l’ oeillet à la boutonnière….

boum-sur-paris-03-g

La période de la Guerre fut difficile pour  lui….On lui reprochera d’avoir tourné quelques films durant cette époque et dans le même temps il sera pourchassé par la Gestapo parce que son nom d’artiste était soupçonné de n’être que l’anagramme de « Netter’ considéré comme juif……Jugé par la Résistance il sera amnistié totalement mais conservera toujours un souvenir amer de cette période….C’est pourtant en 1941 qu’il compose « Douce France » qui avant d’être repris par tous ceux qui rêvent encore de notre Pays tel qu’il devrait être était déjà devenu une sorte d’Hymne à la Résistance clandestine….

Ce sont peut être les souvenirs de ces années difficiles qui l’amènent en 1945 à partir aux Etats Unis puis au Canada avec dans ses bagages « La Romance de Paris », « Je Chante » et ‘La Mer » ( écrite en 1943 dans le train entre Montpellier et Perpignan)……C’est une tournée triomphale qui l’attend et durant laquelle il enrichit son répertoire de chansons composées durant son voyage: « Grand Maman c’est New York! » , « Dans les Pharmacies », « Le Voyage au Canada », « Dans les Rues de Québec » et tant d’autres….

Il ne retrouve la France qu’en 1954 et c’est « Revoir Paris »…..Il découvre Saint Germain des Prés, rencontre Juliette Gréco pour laquelle il écrit  » Coin de Rue » sur un coin de table ( Ce sera d’ailleurs le premier titre qu’il donnera à la chanson)……Un récital triomphal au Théâtre de l’Etoile……Une pluie de chansons restées dans nos têtes de « Nationale 7 » à « Moi j’aime le Music Hall »…….Jusqu’à ce que la vague yéyé vienne donner un coup d’arrêt à sa carrière……

nationale 7images

En 1968, il tente un retour au Don Camillo….En 1969 il fait sa grande rentrée au Théâtre de la Ville……En 1975 il fait à l’Olympia ses « Premiers Adieux »……Il a 62 ans et il est en pleine forme…..De nouvelles chansons encore un peu folles mais déjà empreinte d’une maturité où la nostalgie vient à point tempérer la folie…..Il est surtout en pleine forme !

pleine formev 75vtrenet01

A partir de là, et jusqu’au bout de sa carrière son parcours sera celui d’une sorte de marche triomphale toujours émaillée de nouvelles petites pierres précieuses que seront ses chansons : une écriture scrupuleuse, une culture sous-jacente  mais jamais obséquieuse, des clins d’yeux , mais aussi et déjà le sentiment du temps qui s’enfuit avec « Le dernier oiseau des vacances » , « Dîner avec un Ami » ou « Que veux tu que je te dise Maman ? « ….

Parfois il faut décoder le sens de certaines chansons : « Je t’attendrai à la Porte du Garage »  qui dans sa tête devient « Je tâte André à la Porte du Garage… » Mais qu’il s’agisse de la « Minou, la Canson, la Baya » du « Fils de la Femme Poisson » de la « Tempéramentale  » ou de « Madame Laplante la Catalane »…..Nul doute que ces personnages ont existé dans la vie de Trenet ……Et qu’en cherchant bien nous devrions pouvoir aussi en avoir rencontré ou en connaître encore dans la nôtre !…..

Sur le plan politique, Charles Trenet se revendiquait de Gauche !…..Question d’ époque sans doute! …..En 1989 il soutient Jacques Lang pour la Mairie de Blois et sa  chanson la Mer devient alors:

« Le Maire….Le Maire de Blois

Sera Jack Lang  ma Foi !…. »

C »est sans doute avec l’espérance de rentrer à l’Académie Française qu’il se rapproche du Pouvoir en place…..Hélas il n’y parviendra jamais….Tant pis pour eux !…. Mais il semble pourtant qu’il l’ait toujours regretté! …..

En 1988, François Mitterrand le nomme Chevalier de la Légion d’Honneur ….Trenet se revendique Socialiste…..Le Président l’honore de sa présence lors de son concert donné en 1993 à l’Opéra Bastille pour ses 80 ans…..

417931-francois-mitterrand-et-charles-trenet-637x0-2

Après sa mort on retrouvera même une chanson qui n’est jamais sortie « Vas y Tonton! » et qui est un modèle de chanson militante mais avec une pince à sucre tout de même pour ne pas trop se salir les doigts…..

Bien lui en prit puisqu’en 1998 c’est Jacques Chirac qui lui décernera le collier de Commandeur …..

253580_rozy-varte-entouree-de-gad-de-charles-aznavour-charles-trenet-et-jacques-chirac-le-3-mars-1998-a-paris

Dernières étapes d’une vie fantastique : son dernier album enregistré le 5 Mars 1999 intitulé  » Les Poètes descendent dans la Rue » et où la chanson titre résonne comme une approche personnelle de cette « Âme des Poètes  » écrite bien longtemps auparavant juste avant que la sienne se joigne à celle de tous ses prédécesseurs pour « longtemps courir encore dans les rues… »

Plus tard, en 2006 sortira un ultime album posthume et enregistré à une date non connue: « Je n’irai pas à Notre Dame »…..

Sa dernière apparition publique se fit sous la forme d’un récital à Pleyel qui se limita à trois représentations…..La voix semblait presque intacte mais Charles Trenet était déjà éprouvé par des problèmes de santé qui devenaient préoccupants à tel point qu’il finissait par devoir s’asseoir pour continuer de chanter…..Nous étions en Novembre 1999 et il n’avait plus que 14 mois à vivre !…..L’enregistrement de ce concert a été réalisé et constitue un document particulièrement émouvant…..De part et d’autre de la salle tout le monde se faisait ses adieux ….En chantant « Y a d’la Joie ! »….

Pleyel 1999trenet3-48051f

Reste que Charles Trenet aura emmené beaucoup de secrets avec lui…..Qui était il véritablement : un magicien des mots et de la musique? Assurément… Un poète et un troubadour de son temps ? Sans aucun doute……Mais aussi un être secret , aux réactions parfois inattendues et même brutales…..Caractériel ont dit certains….Compliqué? ….Vraisemblablement, mais quand on est unique, c’est presque la moindre des choses ! Reste que tous les moments que nous lui devons, et pour tout ce qu’il nous a laissés sous forme d’impressions vécues et sûrement à vivre encore…..Et alors même qu’il aurait 100 ans aujourd’hui je préfère lui dire seulement: Merci pour le voyage, et sans doute pour avoir contribué à nous faire aimer encore davantage la Vie…..

Arrivé à l’âge où moi même je rencontre davantage d’ occasions de me souvenir que de prévoir…..Si je devais choisir une seule chanson de Trenet je penserais à « Fidèle »…..Lorsqu’il évoque ce sentiment diffus que l’on peut éprouver à partir du moment où nous ressentons bien que c’est tout de même un peu de notre monde à nous  qui est en train de foutre son camp…

« Quand on est seul debout sur la passerelle, devant tel ou tel monde qui disparaît »

Et comment voulez vous que je pense à autre chose? ….Sauf à tenter de vous laisser entrevoir ce que parfois la Vie, même en 2013 peut encore conserver de bonheurs à vivre et de saveurs cachées!..

De Charles Trenet je veux conserver cette image:

charles-trenet-repose-a-narbonne_268119_510x255

,

Cette  main tendue et ouverte, ce sourire qui s’éclaire comme un encouragement à vivre tout en nous disant « à bientôt »……Enfin pas tout de suite quand même!

Juste le temps de trouver dans l’une de ses chansons « La Folle Complainte » une sorte d’épitaphe en forme d’excuses  qui pourrait bien être la sienne, mais que lui aurais volontiers piqué si elle n’avait pas déjà été prise par Trenet lui même…( En tous cas je pense que je vais avoir du mal à faire mieux!).

Je n’ai jamais su dire

Pourquoi j’étais distrait

Je n’ai pas su sourire

A tel ou tel attrait

J’étais seul sur la route

Sans dire ni oui ni non

Mon âme s’est dissoute

Poussière était mon nom..

A propos chatdorleans

Orléanais
Cet article a été publié dans actualité, Actualités, blogs, humeurs, Humeurs et Air du Temps, Presse, Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour CHARLES TRENET : « LE FOU 100 ANS ! « 

  1. Merci Jean Paul, pour cette bio de Charles Trenet, très. Une petite précision concernant son attachement au parti socialiste, à la suite de graves démêlées que lui a causé Valérie Giscard alors président de la République au cours de son septénat. Inutile de préciser davantage. Bonne journée, nous sommes sous la pluie, cela devient un peu long pour notre région.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s