ET LA PROSTITUTION MASCULINE…..ON EN FAIT QUOI ?

Tandis que le débat destiné à pénaliser les clients de la prostitution féminine semble monopoliser les médias , il semble étonnant que l’on oublie complètement que la prostitution masculine représente 15% de la population qui s’adonne de façon habituelle à la pratique de ce qu’il est convenu d’appeler « le plus vieux métier du monde »…..

Et puisqu’il semble que tout s’arrange avec de l’argent, c’est donc le Gouvernement qui se propose de devenir le « Mac » officiel, et qui devrait effectivement supplanter très vite tous les « Prospers » ou « Julots » qui sévissent de façon artisanale et de manière souvent inadmissible , convenons en, puisqu’il semblerait bien que les frontières européennes largement ouvertes ont eu pour effet de favoriser l’installation de trafics peu compatibles avec le droit des personnes à disposer d’elles mêmes…..

Sans doute conviendrait il de distinguer les femmes véritablement libres et qui ont choisi ce métier de celles qui y ont été astreintes ….Trop difficile sans doute pour l’Etat qui a choisi d’être le proxénète pour le compte des filles qui n’en ont jamais eu par ailleurs, et qui n’en ont jamais ressenti ni le besoin ni même l’utilité….Comme on le voit les progrès sont quotidiens et on n’arrête pas le progrès….Du moment que l’on encaisse !

A regretter pourtant qu’à l’heure où l’on parle de salles de « shoots » pour aider les drogués à s’en sortir , on s’apprête à retirer toutes les solutions possibles à des hommes pour lesquelles les prostituées constituaient bon an mal an un échappatoire à leur solitude ou à leur pénurie en matière de sexualité…..Que vont ils devenir ?….Ne peut on pas craindre de recrudescence d’affaires de viols ou d’agressions beaucoup plus graves pour celles qui les subiront qu’une passe précédemment tarifée ?…..

En tous cas, je n’ai pas entendu quiconque pour soulever ce problème…..Jusqu’alors on avait toujours fait la distinction entre prostitution et proxénétisme, la première étant tolérée faute de n’avoir jamais été interdite et le second devant être combattu avec la plus grande énergie…..Nous sommes d’accord sur ce point !….

Le fait de les confondre désormais en punissant « le client » ne traduit il pas un aveu d’impuissance de la part du Gouvernement ?…..Faute de pouvoir combattre les proxénètes on se contente de tirer sur « le pigeon »……Et à 1500 € du coup….on dépasse toutes les espérances de n’importe lequel de  « Messieurs les Proxos »…..

Ce combat a été pris en mains et de haute lutte par Madame Najat Vallaud Belkacem…. En tant que Ministre du Droit des Femmes , ceci était parfaitement légitime….Quant à faire de la prostitution un « problème de notre temps » tel qu’elle semble le voir …..Sans vouloir me rabattre derrière l’expression du plus vieux métier du monde , il me semble qu’elle tombe dans un travers bien général et qui veut que pour chacun nous , le monde a effectivement commencé le jour de notre propre naissance!…..Et c’est bien Raymond Devos qui proclamait lui même :  » Je suis né comme tout le monde le 9 Novembre 1922″….Ceci n’était vrai, bien sûr que de son point de vue personnel….Dans cette optique , et sans dévoiler par galanterie la date ne naissance de Madame Vallaud Belkacem, je me permettrai seulement d’ajouter que la prostitution autant que les petits bordels ont quelques siècles de plus par rapport à son ancienneté sur notre planète !….

Quant à la prostitution masculine , il semble qu’elle même soit assez ancienne s’il faut en juger par les ouvrages qui traitent de la question….

livre prostitution masculine8_003

Va t-on donc pénaliser les homosexuels qui auront recours à des prostitués, et va t-on de la même façon taxer quelques femmes cougars en perdition et qui ne trouvent que ces recours pour assouvir leurs fantasmes …..plus simplement celles qui pour baiser au dessus de leurs moyens physiques sont prêtes à mettre la main à la poche pour retrouver le contact avec des corps musclés  dont elles rêvent encore…..

grosse avec noirimages

Evidemment ….ça peut se comprendre….

prostitué masculin1468394848

Au fait….Comment on fait….je ne m’en souviens même plus!

Qu’on les appelle gigolos, danseurs mondains, ou même « escort boys » c’est toujours la même histoire qui se perpétue et qui trouve bien naturellement ses origines dans les frustrations ou les désirs inassouvis de certaines femmes…..Et qui pourrait donc les en blâmer ?…..

C’est ainsi qu’aujourd’hui encore, à pied à cheval ou en voiture les dames autant que les hommes continuent leur folle sarabande pour faire sortir d’eux les démons qui souvent y sommeillent encore….Et qu’il faut bien cacher….Bien souvent pour préserver l’essentiel….Un équilibre tout simplement !….De soi, de sa famille ou de son foyer !

article_Prostitution1

Il est vrai que nous avons changé d’époque et que même dans le domaine de la grivoiserie nous somme passés d’un temps où l’on se respectait quelque soient les circonstances à une époque où l’on en vient à mépriser celui où celle qui vous auront concédé un peu de plaisir…Même contre de l’argent….Mais du même coup ( si j’ose le dire ainsi) c’est gâcher le plaisir pour de bon !  ….

Et cela  tout cela simplement parce qu’il est beaucoup plus logique qu’il en soit ainsi à une époque où même l’Amour est devenu une marchandise, et où chacun tente de prendre un maximum à l’autre et si possible en ne donnant rien, ou si peu en échange !….

Elle était tout de même (parfois) charmante l’époque des petits bordels où l’on pouvait passer de la chambre bleue à la chambre rose en étant sûr que « l’hôtesse » veillerait à ce que tout se passe pour le mieux…..Ce n’était pas forcément vulgaire et , tenez je voudrai vous le prouver avec la photo d’un tarif plutôt détaillé d’un des établissements parisiens des mieux cotés à l’époque et ou vous constaterez que dans le détail des prestations décrites  (presque) aucun mot gratuitement  vulgaire n’apparaît….Malgré tout il faut bien que l’essentiel soit dit, le reste  n’étant que suggéré….Bigre! on s’y croirait encore…Chez Mademoiselle Lapompe !

Tarif Bordel

N’est ce pas charmant dans la description en même temps que terrifiant dans la précision et la prévision des dérapages et des suppléments !….

Quoiqu’il en soit la prostitution survivra, et la pénalisation des clients finira bien par être votée, ce qui repoussera les limites de la clandestinité dans lesquelles celles ci ou ceux là seront contenus….C’est dire que celle ci devra se pratiquer dans des lieux et des endroits  où bien souvent la sécurité de ceux qui s’y livrent : femmes ou hommes (j’insiste) sera difficile à assurer….

Sans doute le Gouvernement n’y aura gagné qu’un faux semblant et une hypocrisie de plus. Après Madame Marthe Richard qui avait déjà fermé les maisons closes en 1945 en jetant les filles à la rue…Aujourd’hui c’est au client que s’en prend François Hollande….Et les clientes alors ?….Aujourd’hui les Hommes revendiquent à leur tour une égalité dans le traitement dont toute la Prostitution doit supporter la charge….Ah! Mais….

« Quand je pense aujourd’hui au destin des frangines

 Qui douées comme elles étaient s’raient sous maîtresses maint’nant

 Je m’ dis qu’ la République est bien dans la débine

Et qu’on a mis l’ bordel rien qu’en les supprimant »

                                                                                    Bernard Dimey

A propos chatdorleans

Orléanais
Cet article a été publié dans actualité, Actualités, blogs, humeurs, Humeurs et Air du Temps, Justice, politique, Presse, Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour ET LA PROSTITUTION MASCULINE…..ON EN FAIT QUOI ?

  1. minijack dit :

    « En tous cas, je n’ai pas entendu quiconque pour soulever ce problème… »

    Eh bien, c’est que tu n’as pas lu les réponses que j’ai faites à l’amie Dominique Tripet !…

    Réponses qui, n’ayant pas eu l’heur de lui plaire, m’ont valu d’ailleurs de me faire « blacklister » par la dite dame, laquelle est par ailleurs co-tête de liste du Parti Communiste aux élections municipales d’Orléans…
    Formidable illustration de son grand sens du débat démocratique !
    Ne pouvant plus accéder à sa page Facebook ni répondre à ses nombreux posts aussi passionnels que féministes, je me permets d’y faire allusion ici puisque le sujet de tpn article est tout-à-fait dans l’esprit de ce que je lui répondais.

    J’aime

  2. Chris dit :

    Sujet bien délicat que celui abordé ici, Jean-Paul … La prostitution qu’elle soit féminine ou masculine est tellement lourde de sens connoté négativement … Tout homme ou femme normalement constitué(e) souhaiterait de toute son âme l’éradication de cette activité, qui signifierait la fin de l’exploitation du corps de l’un par l’autre, l’atteinte par la Femme d’une maturité intellectuelle suffisante pour lui permettre de dire NON, quelles que soient ses circonstances de vie et de subsistance, à ce qui peut être considéré comme un avilissement de l’être, la fin aussi de toute frustration sexuelle chez l’homme, qui serait servi par ailleurs (amie, épouse …) suffisamment bien pour ne pas envisager un tel recours ! Mais …

    Vendre son corps, signifie vendre le paquet sans son contenu … Accorder son corps sans accorder son âme, c’est terrible et terrifiant, vu de l’extérieur !

    Cette activité perdurera malgré cette loi (qui pourrait – dans un monde idéal – représenter une formidable avancée sociale !). Avec une prise de risques de part et d’autre plus importante (client et fournisseur …). Nous pourrons sans doute, en mesurer les effets pervers et les abus qu’elle induira dans quelques temps …

    Ce sujet, comme d’autres par le passé (avortement / contraception), comme d’autres au présent (mariage gay enfin légal / euthanasie), touche à notre droit de disposer de nous-mêmes et touche aussi à l’intime … Nos politiques s’arrogent le droit de nous en imposer les cadres, souvent à raison, parfois à tort …

    Une dernière question : Cette loi ne va-t-elle pas être le déclencheur de l’explosion des pratiques libertines, elles, à priori, autorisées ?

    J’aime

  3. Maxime dit :

    Très bel article. Il était bon de rappeler l’existence de la prostitution masculine.
    Comme si dans la prostitution il n’y avait que des femmes.
    Il existe des prostitués des deux sexes.
    Comme le dit Madame Badinter sur le site « Le Monde » : <>.

    Les rapports officiels ? Ils sont partiels et biaisés.
    Les chiffres ? Ils sont faux. Il est facile de comprendre à qui profite cette manipulation des chiffres.
    Je porte à votre attention qu’une récente étude de l’IGAS confirme la non existence de chiffres fiables.
    Aussi, je me permets de vous faire quelques révélations.

    En homme de justice et de progrès, je suis  pour une société égalitaire entre les femmes et les hommes.
    Et, je déplore et condamne aussi, évidemmemt, les violences faites aux femmes. Mais…

    Pour des raisons personnelles, je connais très bien le milieu prostitutionnel. Je suis donc profondément agacé de lire et d’entendre tout et n’importe quoi sur le sujet.

    On parle d’abolir la prostitution.
    Mais quelle prostitution ? Il n’y a pas une mais des prostitutions (genres, formes, niveaux,…).
    Curieusement, dans le débat actuel, je constate qu’on se focalise sur la prostitution féminine, la prostitution masculine n’étant jamais prise en compte.
    Doit-on alors considérer l’abolition de la prostitution comme étant celle de la prostitution féminine ?

    C’est certainement la raison pour laquelle les abolitionnistes, manifestement prohibitionnistes, développent une rhétorique ignorant purement et simplement tout ce qui ne rentre pas dans leur schéma idéologique d’une prostitution comme une violence faite aux femmes (hommes se prostituant, femmes clientes, etc.).

    Je suis farouchement  contre le trafic des femmes, les réseaux mafieux et le proxénétisme.     
    Par contre, si une femme ou un homme veut se prostituer, je ne vois pas au nom de quelle règle institutionnelle on pourrait lui interdire. C’est une forme de liberté individuelle de la personne.

    Beaucoup de gens, de médias, de politiques et de spécialistes de la question parlent de la prostitution sans vraiment la connaître.
    J’ai lu le rapport de Madame Bousquet et de Monsieur Geoffroy relatif à la résolution sur l’abolition de la prostitution.
    Je suis en profond désaccord sur certains chapitres. Mais deux d’entre eux, par manque d’objectivité, me choquent particulièrement.

    En premier lieu, dans le domaine de la prostitution, il est impossible de mettre des chiffres fiables. Ils sont élastiques et fantaisistes. Ils peuvent passer du simple au double, au triple, voire à beaucoup plus.
    Par exemple, 85% des personnes prostituées sont des femmes, une autre fois, c’est 80%, encore une autre fois, 70%.
    Et ces statistiques provenant du Ministère de l’Intérieur concernent uniquement la prostitution de rue (et encore la plus voyante).

    Et pourquoi, de plus, les chiffres de la prostitution de rue sont faux ?
    Parce qu’ils correspondent au nombre d’interpellations des personnes prostituées par les services de police. Or, certaines populations prostitutionnelles sont peu ou pas du tout interpellées :
    – 90% des femmes prostituées (ou personnes ?) sont d’origine étrangère.
    Ce qui est tout à fait logique, car elles sont de loin, pour des raisons évidentes, les plus contrôlées (titre de séjour, domiciliation, p.v, etc.).
    – Concernant la prostitution masculine, à part les travestis et les transexuels, les prostitués homosexuels sont très peu interpellés
    Quant aux prostitués pour femmes (gigolos), ils ne le sont jamais : la police s’abstient d’interpeller ces hommes qu’elle peut confondre avec de simples dragueurs. C’est purement culturel.

    En deuxième lieu, la prostitution masculine ne correspond pas à la réalité. Beaucoup d’inexactitudes et de mensonges l’entourent.
    Elle existe sous deux formes principales :
        – L’une homosexuelle (travestis, transgenres, homosexuels,…).
    Elle s’adresse à une clientèle masculine.
        – L’autre hétérosexuelle (gigolos, escorts-boys,…).
    Elle s’adresse à une clientèle féminine.

    Cette dernière (j’ai pratiqué cette activité) est particulièrement gênante pour les associations abolitionnistes et certains mouvements féministes.
    En effet, des femmes clientes d’hommes prostitués, cela enlève pas mal de poids à leurs arguments.
    L’idée malhonnête consiste donc à faire croire que les clients de la prostitution sont exclusivement des hommes.
    J’ai entendu de nombreuses fois : <>.
    Comment peut-on affirmer cela ?
    La réalité est bien différente.

    De même, des chiffres farfelus
    (repris bêtement par les uns et les autres) sur le pourcentage des clients reviennent dans divers commentaires, sans en connaître et vérifier la source.

    Ainsi, 99% ou 99,4%  des clients seraient de sexe masculin.
    Ces chiffres « bidons » inventés (je peux le prouver) par une association d’obédience catholique, sont honteusement exploités par les abolitionnistes et moralistes de toutes tendances.
    Lors de débats, je ne comprends d’ailleurs pas qu’aucun ne demande la provenance de ces chiffres lancés par les abolitionnistes. D’autant qu’il ne peut aussi exister dans ce secteur de chiffres fiables. Et ces derniers sont par nature peu crédibles et invérifiables.

    Mais quelle est l’origine de ces chiffres ?
    Dans une vieille enquête d’un Institut sur la sexualité des français, une question concernait le recours à la prostitution. 0,6% des femmes ont reconnu être cliente.
    Reprenant seulement l’un des chiffres concernés, le MdN, l’association abolitionniste dont je parle plus haut, a trouvé judicieux de faire le calcul suivant :
    –   (100 – 0,6) = 99,4% d’hommes clients.
    Mais du côté des hommes, 12,5% ont répondu être client.
    Il y a là manifestement une manipulation. Si j’utilise le même mode de calcul, je peux tout aussi bien affirmer que 87,5% (100 – 12,5) des clients sont des femmes.
    Petit calcul :
    – 12,5 + 0,6 = 13,1 clients (hommes et femmes).
    – (0,6 × 100) ÷ 13,1 = 4,58% clientes
    – (12,5 × 100) ÷ 13,1 = 95,42% clients

    Et même dans cette enquête, le pourcentage des femmes clientes est faussé. Dans un échantillon, la clientèle féminine, sociologiquement différente de celle des hommes (cela a beaucoup changé), est moins représentative. De part ma seule expérience, la clientèle féminine d’aujourd »hui doit se situer entre 15 et 20% (ces chiffres ne sont pas très éloignés de la réalité). Sachez qu’en  plus d’une prostitution lesbienne, des hommes et des femmes se prostituent sans distinction en direction des hommes, des femmes ou des.couples.

    D’autre part, si des instituts ou autres organismes enquêtent, comme je le pense parce que c’est plus facile, sur la prostitution masculine en se limitant aux seuls lieux fréquentés par les prostitués homosexuels, les clients seront (à quelques exceptions près) des hommes, c’est évident. Mais croyez-vous sincèrement que les hommes se prostituent seulement en direction d’autres hommes ? Cela serait une hérésie de le penser.

    De la même manière, les femmes ne trouveront pas des hommes se prostituant pour 20, 30 ou 50€ (chez eux, il n’existe pas de « pratiques » à la carte).
    Elles n’en trouveront pas non plus dans les bois, au bord des routes, dans les parkings…
    C’est compréhensible : sachant que les  femmes ne vont pas s’aventurer dans de tels endroits, les gigolos en sont totalement absents.

    En fait, la (presque) non visibilité de la prostitution masculine destinée aux femmes fausse les données. Il vous faut savoir qu’elle est en grande partie souterraine (bars et brasseries plus ou moins huppés, salons de thé, dancings, petites annonces, internet,…) d’où sa discrétion. Il existe également une prostitution de rue importante mais très anonyme.
    Et ne pensez pas que la clientèle féminine est anecdotique comme certain(e)s le font croire. Elle va même s’accroître au fil du temps.
    Mais cette prostitution serait-elle taboue ?

    Par ailleurs, si les pouvoirs publics faisaient face à cette immigration de prostituées étrangères, les prostitutions franco-françaises féminine et masculine seraient sensiblement égales.

    Il faut combattre la prostitution des femmes ?   Les abolitionnistes demandent au gouvernement une loi d’abolition du système prostitueur.  Mais, de droite comme de gauche, les  gouvernements successifs  sont les premiers proxénètes.
    Pourquoi ne font-ils pas fermer les salons de massages, les bars à hôtesses, les sexodromes, etc ?
    En vérité, les propriétaires de ces établissements se sont fait connaître auprès du fisc. Ils rapportentt donc de l’argent à l’Etat.
    Dans le cas contraire, ils sont clandestins et tombent pour proxénétisme. C’est une grande hypocrisie !
    Quant à la pénalisation des client(e)s de la prostitution, dans la mesure où celle-ci n’est pas illégale, c’est juridiquement illogique, l’un ne peut aller sans l’autre.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s