INTERMITTENTS OU ARTISTES ?…..

En abordant le thème devenu sensible du Régime de Chômage des intermittents du spectacle , je n’ignore pas qu’au nom des amalgames, qui font en général partie de la mauvaise foi à laquelle certains intégristes de la bonne conscience à bon marché m’ont habitué, je vais recevoir en guise de coup de bâton l’accusation facile et aussi bête que méchante…. »Mais tu défends les thèses du MEDEF ! »

Alors à tous ceux là , je m’empresse de répondre en préambule que je ne veux ici défendre que les Artistes….Les vrais et ceci contrairement aux traînes patins qui auront passé leur existence à se prétendre artistes….Dans la seule intention de bénéficier d’un régime très justement protecteur envers certains qui ont en effet besoin de temps pour créer, mais qui n’y auront jamais vu qu’une sinécure matérielle,  et pour lesquels l’aventure aura souvent mal fini pour eux mêmes ….Parce que tout a une fin ! ….

Avant d’aller plus loin sur ce sujet, je dois préciser que moi même, aux alentours des années 1965, j’ai connu toutes les difficultés d’un jeune artiste cherchant à vivre de son métier : allant de cabarets en théâtres de chansonniers, j’ai connu les galas de misère et les tournées de province plus ou moins bien organisées…. Expériences néanmoins riches de souvenirs et de moments passés jusqu’au bout de la nuit à refaire le monde que l’on s’empressait de nous démolir à nouveau dès que le soleil s’était levé!….

Bien sûr tout cela n’était jamais très bien payé et exigeait souvent d’aller gagner une autre partie de sa vie ailleurs. De ce fait il est bien vrai qu’aujourd’hui ce n’est certes pas uniquement le théâtre ou le cabaret qui subviennent de façon très conséquente à ma retraite !…. Pour une petite partie seulement mais si peu !…

Quelques uns parvenaient malgré tout à subsister sans exercer un autre métier  » nourricier « …La plupart du temps grâce à une compagne ou un compagnon qui assurait à lui seul la vie matérielle du couple…Ca fonctionnait plus ou moins bien, et ça finissait toujours par ne plus très bien marcher, la partie laborieuse du couple finissant toujours par penser que l’autre moitié mettait beaucoup de temps à être reconnue ès qualités !….

Ce que je savais, néanmoins, c’est que si l’on m’engageait, c’est que j’avais quelques mérites à me trouver là….Un savoir faire sûrement, du talent peut être mais en tous cas j’avais le sentiment d’avoir été choisi par le public, et  cela seul  comptait…..

Bien sûr, je n’étais pas le seul dans ce cas, et je voudrais maintenant revenir à ce qui nous animait tous : La Passion…. Et qui nous obligeait à travailler le jour pour avoir encore la force de jouer le soir et bien souvent à surpasser la fatigue qui se rappelait à nous !…. Dormir deux heures en coulisses pour récupérer, boire des cafés dans une arrière salle de bistrot la tête dans les mains pour se reconstituer…. Puis parvenir à être en forme 20 minutes plus tard…. Rentrer à 4 heures du matin, traverser Paris en vélomoteur, et se relever 3 heures plus tard pour une journée au bureau….Tout ça, je l’ai fait des années durant….  Beaucoup d’autres aussi !

Pariscope 1981

A ce régime là, il est vrai qu’il fallait avoir au moins autant de santé que de talent, et je pense en particulier à l’un de mes copains : nous devions avoir environ 30 ans tous deux et son coeur un matin a refusé d’aller plus loin dans cette vie un peu folle qui était la nôtre….lui aussi avait une petite fille, tout comme moi…..Bien sûr que ce n’était pas raisonnable, mais que faire contre quelqu’un qui veut vivre sa Passion ?….

Simplement, nous étions des  » artistes « , et ce titre là, c’est le Public, et personne d’autre qui nous l’avait donné….Les directeurs, les organisateurs de spectacle n’avaient plus qu’à suivre puisque le Public, puisque lui seul en avait décidé ainsi !

Jean Paul Morat

Quant à nous, nous n’avions fait que de croire à notre étoile !

C’est vrai que de nos jours, tout cela a bien changé. Sous prétexte de mieux encadrer le métier d’artiste, on a érigé de véritables citadelles.

Ni le Public, ni les Artistes n’y trouvent leur compte !

Le Public a été carrément écarté, son jugement réduit à néant : c’est  désormais aux Producteurs et aux Médias de choisir à notre place ce qu’il  convient  d’écouter, d’aimer et d’acheter !…..Voire même d’écarter le moment venu….

On peut se demander jusqu’à quel point Georges Brassens aujourd’hui n’aurait pas été condamné à chanter dans la rue toute sa vie…. quitte même à finir par ne plus chanter du tout !

Rien que ceci suffit à douter du système dans lequel nous vivons !

Les artistes quant à eux ont été laminés par le régime mis en place soi disant dans leur intérêt: celui des  « intermittents du spectacle » !

Jusque là ils étaient musiciens, chanteurs, comédiens, jongleurs, clowns ou chansonniers…..Aujourd’hui ils sont tous  » intermittents du spectacle « …. C’est d’ailleurs ce qu’ils vous répondront la plupart du temps si vous leur demandez quel métier ils font…..musicien, comédien ou acteur, c’était leur profession, intermittent du spectacle ce n’est que leur statut social…..quand le statut social devient le métier…cela signifie bien que c’est le métier est en train de disparaître !….

Ce système a d’ailleurs eu d’autres effets pervers, en particulier de permettre à n’importe qui, même dénué de talent et d’aptitudes de « s ‘auto- proclamer » artiste pour bénéficier de ce fameux régime des intermittents du spectacle, afin  même d’obtenir des subventions pour des réalisations souvent improbables, qui faute d’avoir subjugué le public ont permis au moins à leurs bénéficiaires d’en vivre quelques temps…Cela nous a valu quelques pièces de théâtre soi disant d’avant garde complètement hermétiques et qui n’auront pas marqué l’Histoire !…. Cela nous a valu aussi et nous vaut encore quelques Associations en général au profit d’une seule personne, et dont l’action en matière de Spectacle Vivant reste des plus limitées…juste pour continuer à obtenir les fameuses subventions.

Le régime des intermittents du spectacle est devenu aussi une brèche dans laquelle se sont engouffrés toute sortes de métiers en rapport épisodique avec le spectacle mais pouvant s’exercer dans le cadre du Régime Général : Une secrétaire ou un employé dans une boîte de  » Prod’  » pourrait tout aussi bien exercer son métier dans n’importe quel autre secteur ; un électricien dans un théâtre peut aller faire de l’électricité partout ailleurs, etc….

C’est ainsi que le Régime Social des Intermittents du Spectacle est devenu au fil des ans un organisme monstrueux sans cesse aux prises des revendications des uns ou aux menaces de restrictions des autres….

C’est en effet un Régime où 100% des adhérents cotisent bien entendu, mais où 80% de ces mêmes adhérents sont en même temps prestataires !…Il va de soi que l’équilibre est difficile à réaliser !

Crée en 1936, mais remanié pour être mis à jour en 1969, il faut savoir qu’aujourd’hui le Régime des Intermittents du Spectacle, verse annuellement 1,32 milliards € sous forme d’indemnités contre 240 millions € de cotisations perçues pour l’alimenter soit une différence de 1, o80 millions € représentant le déficit du système…..Il faut noter aussi qu’une forte marge de ce déficit est imputable à l’audio visuel qui pour ses réalisations utilise très largement le chômage des intermittents, notamment pour couvrir tous ses aléas: retards de production, reports et autres imprévus qu’ils s’avèrent être ( ou pas)  imputables aux artistes ….

Sans doute est ce tout simplementt (ou encore) une conséquence d’un Monde où l’on ne cesse de vouloir tout régenter jusqu’à même la Création….En la rendant   impersonnelle ou même irresponsable !…

Une époque où l’on en sera arrivé même à mettre la  » Culture en Maison ! « …. Comme une  fille des rues !….

Il y a encore des artistes que la Passion anime, j’en compte encore quelques uns parmi mes amis: d’authentiques talents… de génies peut être, et qui essaient encore de franchir le maillage que l’on a tendu entre eux et le Public!…Pour l’instant, ils espèrent encore!….Puissent ils finir par être récompensés en comparaison des obstacles qu’ils auront rencontrés!

Voilà pourquoi , il me semble important que le Régime d’Indemnisation des Intermittents soit de toute façon préservé….Mais pour qu’il en soit ainsi , il me paraît nécessaire de le dépoussiérer et de le débarrasser des scories qu’il a accumulées, afin simplement de le réserver à ceux qui méritent véritablement d’être encouragés ….Et pour cela je ne vois qu’une solution : Rendre au Public son droit de choisir ce qu’il aura envie de voir ou d’écouter …..Comment y parvenir ?….Certainement pas en supprimant tout comme le préconise le MEDEF……Mais pour y parvenir évitons tout du moins de continuer à lui donner des arguments !

Comme Molière !…. Mes amis, comme Molière dont je crois voir ce soir comme dans un rêve, la charrette chargée de costumes, de décors, d’accessoires et d’acteurs miséreux s’éloigner vers d’autres villes, d’autres lieux où peut être on finira par les reconnaître pour qu’ils vivent !

Alors, courage…et faites, vous aussi comme Molière qui a si longtemps erré…et lorsque vous rencontrerez un Ministre sur votre chemin demandez lui seulement si c’est loin…..Le Caveau de la République….Le Théâtre des Deux Ânes….à défaut de l’Olympia…..Ou même de la Comédie Française !

DSCN0446

A propos chatdorleans

Orléanais
Cet article a été publié dans actualité, Actualités, blogs, humeurs, Humeurs et Air du Temps, Justice, Municipales, politique, politique locale, Presse, Uncategorized, Vie locale. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s