CON (S)….PLAINTE

Chanson adaptable, interchangeable et susceptible à tout moment de nous concerner nous mêmes à moins qu’elle puisse nous servir pour exorciser ceux que l’on appelait naguère les Fâcheux qui nous gênaient….Juste avant qu’ils deviennent les Casses Pieds qui nous poursuivaient pour finir par devenir tout simplement les Cons qui désormais nous bouffent notre oxygène et nous incommodent, jusqu’à nous empêcher  parfois même de vivre…..

Comment en sommes nous arrivés là ?….La réponse m’est apparue en regardant le film d’Alfred Hitchcock: « Les Oiseaux »…..Comment à partir d’un simple oiseau qui rentre dans votre maison, un deuxième le rejoint, puis un troisième et ceci jusqu’à ce que les oiseaux envahissent votre domicile….Piaillant et voletant de toutes parts au point de vous obliger à abandonner votre logement…..Et bien les cons….C’est exactement la même chose, vous en acceptez un , puis deux, par commisération ou parce qu’il vous amuse….Jusqu’au moment où vous ne pouvez plus vous en défaire….Ils sont là !….Et c’est ainsi qu’après avoir pensé que vous viviez dans un monde où il n’y en avait que quelques uns parmi lesquels vous parveniez à vous frayer un chemin , vous découvrez avec horreur un beau jour que c’est désormais qui vivez parmi eux !…

les-oiseaux-d-alfred-hitchcockthebirdsalfredhitchcock-

De nos jours leur propagation intensive à nécessité un classement scientifique qui par la même leur confère un statut ….Qu’ils soient désignés sous les appellations diverses de paranoïaques, de mythomanes , de pervers narcissiques ou de  psychotiques …. Juste de quoi faire travailler quelques psys….En constatant toutefois que dans la plupart des cas ils continuent à faire le bonheur de leur entourage et de leurs amis !…

On n’y fera rien et puisqu’il il nous faut nous résigner tous à être  le con de 50% de nos contemporains…..Alors soit….J »accepte en ne réclamant que la possibilité de choisir, moi même  la moitié qui me convient le mieux…..Et en souhaitant juste de ne pas être obligé d’aller trop au delà de 50% !…..

Si vous faites partie des puritains bégueules
De ceux qui n’appellent pas les choses par leur vrai nom
Vous serez très choqués, vous me ferez la gueule
Quand j’aurai prononcé le mot et l’expression
Je veux parler de ceux qui sont une multitude
C’est le troupeau humain de loin le plus fécond
Le monde en est farci sous toutes les latitudes
En un mot comme en mille, je vais parler des cons !

C’est fou ce qu’il y en a : des cons, pourtant j’estime
Qu’il y a même chez eux une échelle des valeurs
Ca va du « Pauvre Connard » au « Super Conissime »
Je ne donne pas de noms…pour pas vous fendre le cœur !
Mais quand on parle des cons…on parle toujours des autres
Car on touche, là encore la relativité
Ainsi mon con à moi, n’est sans doute pas le vôtre
Mais le vôtre et le mien ne font que s’ajouter !

Entre faux con et vrai….y a peu de différence
Le con n’est pas toujours un minus abruti
Et je connais des cons farcis d’intelligence
Mais qui ne l’utilisent que pour faire des conneries !
Identifier le vrai…n’est pas toujours facile
Comme ça…au pifomètre, on peut même se tromper
Et de confondre un con avec un imbécile
Et qui n’est après tout…qu’un con sous développé !

Il y a le con sectaire et qui se fout en boule
Si on engueule un con pour qui il a voté
Et puis le « con mouton », celui qui suit la foule
Par peur d’avoir l’air con en restant à côté
Y a le con de la Télé qui conseille à sa femme
Achète le tampon « Schmoll »…il paraît qu’il est mieux
Si les cornes de cocu se vendaient en réclame
Ces cons là se battraient pour aller faire la queue !

Y a le con qui déclare…. « C’est fini la pagaille »
« Moi j’aime les gens à poigne….qu’ont de l’autorité ! »
Et qui ajoute soudain : « Il faut que je m’en aille
Car si je suis en retard….ma femme va m’engueuler !
Y a le con défaitiste, et n’en veut pas démordre
Qui dit « On est foutus, Monsieur on n’en a plus ! »
Et cinq minutes plus tard « Y a de quoi se les mordre ! »
Comment donc se les mordre ?…Dès lors qu’on n’en a plus ?

Il y a le con martial….le con façon caserne
Sans compter les Gendarmes….hors de compétition !
Ca crève tant les yeux, en ce qui les concerne..
Qu’ils ont dû faucher l’ rab à la distribution !
Je pense au con qui marche derrière des bannières
Tout truffé de médailles du torse jusqu’aux tibias
Pour faire voir à d’autres cons qu’ils ont fait plusieurs guerres
Avouez qu’il faut être con pour se vanter de ça !

D’après les gens sérieux qui font des statistiques
Les cons peuplent la Terre à soixante dix pour cent
Si cette évaluation demeure véridique
J’espère que vous et moi, sommes dans les trente restants!
Y a quand même quelque chose pourtant d’assez troublant
Car soixante dix pour cent c’est le chiffre précis
Qu’on espère chaque fois en nombre de votants
Ca explique bien des choses quand on y réfléchit !

Y a le con « au courant » qu’est con en toute conscience
Qui est donc pas assez con pour pas savoir qu’il l’est
Le con « chimiquement pur »…c’est le con de naissance :
Il sait pas qu’il est con….il sait même pas ce que c’est !
Il y a le con jovial et puis le con sinistre
Qui s’en veut à lui même d’être con à ce point là
Le con moyennement doué qui peut devenir Ministre
Et le Modèle au dessus qui plane sur tout ça !…..

Ah mes pauvres enfants qu’est ce qu’on !
Qu’est ce qu’on, qu’est ce qu’on a comme cons !

A propos chatdorleans

Orléanais
Cet article a été publié dans actualité, Actualités, blogs, humeurs, Humeurs et Air du Temps, politique, politique locale, Presse, Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour CON (S)….PLAINTE

  1. FA dit :

    Par paresse, un extrait de Wikipédia pondérant les effets dommageable du con.
    La Sagesse des foules traite de la perception et résolution d’un problème plus efficaces par une foule que par n’importe quel individu en faisant partie ou non.
    Comme premier exemple, Surowiecki cite une anecdote de 1906 issue du statisticien britannique Francis Galton. Galton — supposant au départ l’évaluation des experts plus fiables que celle de la foule — se rend à un marché de bétail où a lieu un concours. Il s’agit de deviner le poids d’un bœuf après qu’il a été abattu et « débité ». Galton note plusieurs centaines de paris (787), et découvre que leur moyenne est 1197 livres alors que le poids réel du bœuf est 1198 livres, soit dans ce cas particulier une précision de 10^-3, qui le surprend.
    Au-delà de la théorie de « la rationalité limitée » de l’économiste Herbert Simon, Surowiecki donne dans ce livre de nombreux exemples de problèmes selon lesquels la foule possèderait sinon une grande « sagesse » du moins un intéressant pouvoir d’évaluation statistique. Il propose ainsi une classification en trois catégories :
    • connaissance, comme deviner le poids du bœuf ;
    • coordination, comme choisir la meilleure heure pour aller travailler afin d’éviter les embouteillages, sachant que chaque conducteur se pose la même question ;
    • coopération, tels qu’obtenir que plusieurs équipes indépendantes et ayant des intérêts personnels travaillent ensemble pour améliorer les résultats globaux d’une compagnie alors que ce travail va à l’encontre de leurs intérêts personnels.
    Surowiecki discute alors ce qu’il considère comme la recette pour le succès dans l’intelligence de foule :
    • diversité : avoir des personnes de divers milieux avec des idées originales ;
    • indépendance : permettre à ces avis divers de s’exprimer sans influence, même des pairs ;
    • décentralisation : agréger ces différents jugements plutôt que de laisser une autorité supérieure ou un système de vote (voir Condorcet et Arrow) déterminer le résultat.
    L’originalité de son travail est de ne plus se limiter à la moyenne des estimations, mais d’introduire un facteur correctif lié à la diversité (que les statisticiens nomment écart-type), voire aux erreurs d’estimation individuelles elles-mêmes agrégées lorsque cette information est disponible, et de démontrer que sous des hypothèses simples comme négliger le bruit discret cette estimation sera optimale.
    En conservant pour chaque évaluateur des informations sur le sens de ses erreurs d’évaluation habituelles (par excès ou par défaut) et leur amplitude, on obtient des facteurs correctifs encore plus efficaces. Or cette dernière information est facile à obtenir par les statistiques individualisées sur les achats effectifs ou au contraire les intentions d’achat sans suite (voir les articles Amazon et Yield management).

    J'aime

  2. Anonyme dit :

    Elu : … et le con d’or passa.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s