HÔTELS FORMULE 1..(ANCIENNE GENERATION)….IL EN RESTE ENCORE !…ET J’EN AI VU..

Il faut bien reconnaître que le Groupe Accor avec ses différentes enseignes qui vont du Formule 1 au Sofitel joue bien effectivement sur  l’ensemble du clavier du « Marché du Sommeil » ….

Il y a en effet plusieurs années que nous n’ignorons plus rien du luxe et des prestations des Sofitel et en particulier de celui de New York qui s’était retrouvé bien à son insu « en tête de gondole » du fait des ennuis de certaines personnalités éminentes !….

Pour ma modeste part, je me souviens avoir dû, sur le chemin du retour de mes vacances me satisfaire du Formule 1 d’une petite ville de province (toujours du Groupe Accor ) et que ne citerai pas par délicatesse pour la Région qui l’héberge…   Bien heureux encore d’y avoir trouvé  non pas une chambre, car la cambuse qui me fut attribuée,  ne méritait vraiment pas son nom….

Certes me direz vous, le prix n’était pas le même qu’ailleurs!….J’en conviens, mais après tout la modicité du prix constituait déjà un aveu…. ….Ceci étant dit et quelque soient les moyens dont tout un chacun dispose, j’en connais peu qui n’auraient pas accepté de payer un tout petit peu plus, ne serait ce que  pour disposer d’un minimum d’hygiène à défaut de confort !….

Paradoxe de notre époque où pour 29 € vous pouviez disposer d’une chambre apparemment pourvue de toutes les commodités et de toutes les perfections technologiques : Wi- Fi gratuit, 50 chaînes de télévision, la possibilité de rester en contact avec toute la planète en temps réel …..Et le tout dans un espace où vous ne disposez par ailleurs en tout et pour tout que d’un simple lavabo……Pas l’ombre d’une pomme de douche ou même d’une chasse d’eau accompagnée du trou qui va avec…….Et tout à coup cette question qui vient à l’esprit : n’aurait on pas sacrifié l’essentiel de ce qui est simplement vital à tout ce qui reste du domaine de l’accessoire sophistiqué certes, mais au détriment de la dignité humaine tout simplement ?……

Et quant aux détails de l’équipement , je vous laisse juge de l’état de la moquette……

Sans parler du seul trou présent dans cette chambre…..Je veux parler de celui du lavabo….

Il va de soi que son aspect témoignait des générations successives de chauffeurs , de représentants de commerce et de voyageurs de tous poils, et qui depuis plusieurs décennies se seront mis à sa hauteur, par paresse autant que par dédain pour les toilettes communes situées à l’extérieur afin d’épancher leurs humeurs et leurs trop pleins d’amertumes !……Quant à se raser au dessus de tout ça, sans ébaucher la trace d’un rictus……N’en demandons pas trop quand même !……

On peut comprendre alors l’embarras de nos compagnes ……Une discrimination de plus me direz vous !…..Et si vous ajoutez à cela leur répulsion bien compréhensible pour les toilettes communes situées sur les paliers, alors vous comprendrez pourquoi pour beaucoup d’entre elles ces chambres ne sont rien d’autre que des « centres de rétention » , mais pas forcément au sens que l’on donne habituellement à cette expression……

Quant à ces fameuses toilettes extérieures et qui jouxtaient des cabines de douche collectives…..Reconnaissons qu’aux heures d’affluence, elles se transformaient en véritables lieux de promiscuité quand ce n’est pas en Club de Rencontres !…..Une sorte d’Agora à la façon antiqçaient les toges antiques et les chasubles immaculées, et  où les conversations et les échanges se faisaient librement ……Un carrefour des Civilisations en quelque sorte à l’heure où les camions s’arrêtaient, où les voyageurs marquaient une pose et où le climat devenait plus propice à l’aventure et au hasard……

Je me souviens pour ma part discuté abondamment avec un routier Italien qui transportait des cubes publicitaires  dans ses Pouilles natales…..(Une histoire de Pub dans les C…), si j’avais bien compris… J’ai reçu les propositions à peine voilées d’un routier Allemand avec lequel si je l’avais désiré, j’ai bien senti que j’aurais pu me refaire une nième vie quelque part entre Hambourg et Francfort…..Et puis que voulez vous……Il faut bien être raisonnable,  alors j’ai fini, le coeur brisé par regagner  ma chambre, mais non sans avoir senti passer le souffle du vent de l’Aventure……Du coup j’en avais presque oublié le numéro du code pour rentrer dans ma chambre, ce qui aurait pu me valoir de passer le reste de la nuit en caleçon devant ma porte, si ma douce compagne n’était venue à mon secours pour récupérer son « enfant prodigue » tout juste revenu de ce substitut de Sodome et Gomorrhe que constituent les « parties communes » (Voyez comme parfois les mots tombent juste ) de l’Hôtel Formule 1 de Bourg en Bresse !……

A propos de ce numéro de code pour accéder à ma chambre, je bénis le ciel d’avoir tiré le 233867…..puisque si j’avais dû avoir un « 5 » dans ce code, j’eusse été bien embarrassé, la touche 5 ayant irrémédiablement disparu du clavier !….. Un peu de chance dans mes malheurs, ça ne faisait pas de mal !…..

Tardivement en effet nous décidâmes, avec ma compagne d’aller manger un plat au restaurant « Courtepaille » qui jouxtait notre « nid d’Amour » aussi pourri soit il !…….

C’est vrai que la carte était plutôt appétissante……Nous étions tout de même en plein Pays de Bresse réputé par ailleurs par sa gastronomie……  Voyant passer sous mes yeux et à proximité de mes narines un superbe assiette de boudin garni…… » Oh! le beau boudin ! » m’exclamais je tandis que la dame qui portait l’assiette me lançait des yeux  meurtriers !….

D’emblée , je me voyais menotté et mis en examen,  pour outrage verbal certes , mais comme disait l’intéressé: on commence par y mettre le doigt et tout le reste y passe!…… Du coup j’imaginai le pire : on me retirait mon passeport , on m’assignait à résidence et je risquais de ne pas pouvoir revoir le département du Loiret avant plusieurs mois !…..Un véritable cauchemar !…

C’est à ce moment là que je me réveillai et que je sursautai en me redressant dans mon lit…..Juste le temps de risquer ma vie en glissant, juste le temps de mettre mon talon sur la moquette et plus précisément sur une tache sans doute moins ancienne que les autres !……

Façon d’admettre tout de même que l’on est peu de chose dès lors que l’on confiait son sommeil (à moindre frais) aux bons soins du Groupe Accor !….. Entre les Néfertiti (s) qui hantaient les couloirs des palaces, les Nosfératu (s) qui écumaient les parties communes de ces »bouisbouis » de 4° zone..Il restait que le destin du voyageur restait semé d’embûches…

A ce niveau on se retrouve davantage dans l’ambiance plutôt sordide  de l’Auberge Rouge de sinistre mémoire que dans celle beaucoup plus glamour de celle   du Cheval Blanc qui berça notre enfance au Théâtre du Châtelet ! ….

Tout cela est désormais rangé dans nos souvenirs…..Et j’entends dire que ces hôtels servent encore de havre d’accueil pour les migrants ….On devrait pour le coup avoir honte de les mettre dans de tels taudis !….Et c’est alors que l’on comprend mieux dans ces conditions qu’ils aient souvent envie de fiche le camp de ce genre de refuge !….

Rentrés à Orléans, nous avons tous été vite confrontés aux nouvelles réalités de cette Ville qui n’arrête pas de bouger sous nos pieds comme si dans son sous sol un Dragon n’en finissait pas de tressauter jusqu’à faire bouger en permanence tout ce qui est en surface……

A ce propos, grande fut ma surprise de lire dans la Presse locale les propos rapportés de Monsieur le Maire nous laissant entendre que les difficultés pour stationner dans le Centre Ville d’Orléans relevaient davantage de » l’ Inconscient Collectif que de la Réalité »!…..Je laisse à nos Adjoints à la Circulation le soin de me faire la synthèse entre ce fameux Inconscient Collectif et mon Conscient Particulier qui me pousse à d’autres conclusions quant à la difficulté de trouver une place pour garer sa voiture dans notre Ville..

D’ores et déjà, beaucoup d’Orléanais ont choisi de s’approvisionner et de faire leurs achats en périphérie, là où le parking ne coûte rien  …..Il risque bien alors de se produire pour Orléans ce qui se passe à Paris et dans d’autres villes, déjà……A ce propos le même théorème se vérifie un peu partout où ce même problème se pose:  » Dès lors que la voiture coûte encore plus cher à stationner qu’à rouler, on continue d’aller en ville pour son plaisir certes… Mais de moins en moins pour y faire ses achats ! ».

 

A propos chatdorleans

Orléanais
Cet article a été publié dans actualité, Actualités, blogs, humeurs, Humeurs et Air du Temps, Justice, Municipales, politique, politique locale, Vie locale. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s