LE DOUTE M’HABITE….CERTES, MAIS LE FOND ME CONFOND !

 

« Le Doute m’habite ! »…A défaut de Zarathoustra qui n’a jamais fait partie de mes relations…. ainsi parlait Pierre Desproges ! …..

On pourrait en déduire dans un premier temps que Dieu est un con, lui qui a rappelé Pierre Desproges alors qu’il n’avait pas franchi le cap de la cinquantaine, tandis que dans le même temps il aura laissé respirer Maurice Papon bien au delà de ce qui était admissible et acceptable…..

Nenni !…Dieu aura sûrement décidé que le premier méritait d’aller le Ciel avec la rapidité mais aussi l’éclat d’une comète exceptionnelle, tandis que l’autre aura été condamné à la lente agonie des médiocres qui auront tout le temps de remuer en eux le poids de leurs remords qu’ils n’auront pas su exprimer quand il en était encore temps !….

N’est ce pas Desproges qui prétendait lui même « qu’il est aussi pénible de mourir dévoré de remords dans la forêt de Forbach que de mourir dévoré par les morbachs dans la forêt de Francfort ! »

Il me faut d’abord vous confier que Pierre Desproges est pour moi une sorte de frère jumeau, puisque nous sommes nés à six jours d’écart lui le 9 Mai 1939, et moi le 3 Mai de la même année…
Par la suite, sans doute nos éducations et nos pubertés respectives ont dû s’effectuer de façon quelque peu parallèles puisque quelque part nous étions du même bois : celui dont on fait nos pipes, et ceci à ma plus grande satisfaction puisque me voici parvenu à l’âge où 99% du Kama Soutra m’étant devenu inaccessible pour cause de rotules flottantes ou de hanches et de vertèbres ankylosées….Sic Transit Gloria Mundi !
Je ne m’étendrai pas davantage sur le sujet, d’autres l’ont fait avant moi, mais c’était il y a déjà bien longtemps !

Par la suite, Pierre Desproges et moi même, fûmes incorporés le même jour, soit le 1°Juillet 1959 dans le 18° Régiment d’Instruction des Transmissions à Epinal.
Là, nous avons connu ensemble, la chaude ambiance des chambrées d’appelés, telle qu’il les a par ailleurs décrites, et où les plaisanteries un peu grasses et les concours de pets constituaient les seuls échappatoires ( si j’ose dire ainsi) à notre ennui…. C’était irrespirable au propre autant qu’au figuré. Côté de l’encadrement nous en étions encore à la génération des « sous-offs » issus de la Libération, et qui entre temps s’étaient abrutis en buvant le saké ou en fumant l’opium dans les rizières d’Indochine, juste avant d’aller se terminer dans les djebels et la chaude ambiance des bordels militaires de campagne…. C’est pas pour dire, mais au niveau choc des cultures, ça pesait son poids de semoule et d’olives pimentées !

Par la suite, nos routes ont un peu divergé ( et quand ça diverge, ça fait du monde) lui, passant du journalisme à la télé puis au théâtre et à l’écriture, alors que je m’éreintais dans les cabarets parisiens et les théâtres de chansonniers.
Il repose aujourd’hui au cimetière du Père Lachaise…..Le hasard faisant que j’ai moi aussi quelques relations là bas, je ne manque jamais de faire un petit détour chaque fois que je m’y rends pour les miens pour aller sur la sépulture de Pierre Desproges et y déposer une fleur anonyme.

Si vous vous y allez vous mêmes, vous aurez la surprise de constater que sa tombe forme un triangle tout à fait intime, et magique avec les tombes de Frédéric Chopin et de Michel Petrucciani, inoubliable pianiste de jazz…..Aucun rapport entre eux, me direz vous ? Si…le Génie !

Depuis qu’il est parti, il m’arrive de me sentir un peu seul.
D’autant que s’il est vrai que ce sont les meilleurs qui partent les premiers, plus le temps passe et plus je me sens coupable d’être encore là…. Là encore, et sans doute le doute m’habite !

Oui le doute m’habite en cette fin d’Hiver 2015 ,,,,,

Doute bien sûr sur l’avenir du Pays qui ne nous offre plus désormais que le choix qu’entre un pseudo Socialisme déguisé en Démocratie Libérale , et un Capitalisme sauvage à visage inhumain, tandis qu’un Populisme opportuniste se prépare à ramasser les débris de notre République pour les réduire en poudre !…..

A l’heure des débats, et tandis que l’on nous ressort à la Télévision, au théâtre et en DVD tous les débats précédents depuis 1974 jusqu’à ce jour, une conclusion s’impose : de Giscard à Mitterrand et jusqu’à Chirac pour finir avec Sarkozy juste avant d’aller nous échouer sur le polders vaseux de Hollande  : on s’est fait toujours avoir, et toutes ces paroles ne furent jamais que poudre aux yeux : de la Force Tranquille à la Fracture Sociale, de la France Forte jusqu’au Changement qui devait être pour Maintenant, une seule conclusion s’impose , une seule question se pose : « Les Baisés Comptez vous ! »
J’ai des doutes également à propos de ma nécessité de continuer à vivre sur cette Terre à mon âge ! Tant de voix s’élèvent déjà pour proclamer très ouvertement que les retraités ça coûte cher et que ça ne sert à rien !… Ces propos je les ai entendus, tenus à haute voix , et de la bouche d’un jeune électeur socialiste militant…. Il y aurait quelques turbulences dans la nébuleuse politique que je n’en serais pas étonné…..Bougres de cons !….  Parce qu’enfin….et en plus de ma retraite pour laquelle j’ai abondamment cotisé en son temps, permettez moi au moins d’avoir une pensée pour Desproges qui n’a pas eu le temps de profiter de la sienne….. Et qu’en avez vous fait, dites moi ?…..
Oui, le doute m’habite, mais j’ai tellement horreur de tous ceux qui n’ont que des certitudes à asséner, que je me réfugie volontiers auprès de ceux qui fragilisés par leur propre expérience s’interrogent encore sur la possibilité d’en sortir « par le haut » et croyez moi il en reste encore beaucoup.

Finalement, j’aime ceux qui doutent, étant bien entendu que le doute ne doit pas être un marécage dans lequel on finit par se noyer, mais une oasis de réflexion permettant de faire des choix judicieux.
Parmi eux je rencontre beaucoup de jeunes dont la confiance et l’amitié m’honorent…. Allez les gars , vous êtes des Grands « en devenir », non pas parce que vous m’écoutez mais parce que vous cherchez à comprendre avant d’agir…

« Ma seule certitude c’est que j’ai des doutes »…c’est le titre du dernier écrit de Pierre Desproges, lui qui nous avait précédemment conseillé de « Vivre Heureux en attendant la Mort ».

Je crois bien que j’ai suivi son conseil et en marge des chroniques que je vous adresse, et dont il n’est pas exclu qu’un jour elles ne me valent pas des emmerdes…. J’ai effectivement décidé de passer le plus clair de mon temps à faire barrage et à écarter de mon chemin tous les tracas professionnels, fiscaux, personnels ou privés qui furent mon apanage pendant un demi siècle, de préserver cette forteresse de calme et de sérénité que je me suis construite.…et ça croyez moi même pendant la retraite : c’est un boulot à plein temps !

Le seul doute que je n’ai pas en revanche, c’est d’avoir à changer de trottoir dans la rue à la vue de n’importe quel bipède dont la rencontre me gênerait…et cela vaut bien les sacrifices que je me suis imposé en m’écartant de certains qui auraient sans doute pu améliorer mon confort mais dont la proximité aurait fini par me gêner !

Le seul doute que je n’ai pas, en revanche, c’est  qu’un jour je rejoindrai mon petit frère jumeau, oui un jour je retrouverai Desproges de l’autre côté du miroir. Je me doute bien qu’à ces côtés je reverrai aussi quelques autres compères qui ont compté dans mon parcours et que j’aimerai bien réunir même à l’état de feux follets !

Pour l’instant, il m’arrive fréquemment de penser, et de faire remarquer à certains interlocuteurs que Desproges aurait vraisemblablement aujourd’hui ma gueule s’il avait vécu !….Peut être a t-il eu raison de soigner sa dernière image….Celle qui reste de toute façon !…..En attendant , ce sera tant pis pour vous , et puisque décidément , le cancer n’aura pas voulu de moi je me résous a perdre en larmes et en regrets ce que je m’apprête à gagner en laideur et sous forme de longévité…..Sans doute n’y a t-il pas que des avantages à gagner des années: quand on part à 50 ans on laisse un vide et des regrets , quand on part trop tard on bouche un trou et rien de plus…..

Comme quoi il y a encore des sujets à propos desquels il n’y a pas de doute,……

« Le Doute m’habite !» proclamait Pierre Desproges lors de sa disparition en 1988….Moins de 30 ans plus tard, je suis tenté d’y rajouter « Et moi c’est le fond qui me confond ! »….. Une manière d’admettre que le doute n’existe plus puisque effectivement il semblerait que nous touchions désormais le fond !……

A propos chatdorleans

Orléanais
Cet article a été publié dans actualité, Actualités, blogs, humeurs, Humeurs et Air du Temps, Justice, politique, Presse, Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s